French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Courrier - DPCNews 004

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mercredi, 01 Octobre 2008 19:05

La meilleure façon d’appliquer les révélateurs secs

Octobre 2008

Un de nos lecteurs nous a envoyé une remarque sur la granulométrie des révélateurs secs.

Voici son texte, édité pour la compréhension :
‘‘La fiche technique du révélateur sec xxxx ne fait mention d'aucune particule en-dessous de 0,1 µm, alors que vous parlez de 1/100 µm (10 nm). Si on équipe la cuve de poudrage d'un filtre de 5 µm, aucune particule ne passera, et la formulation du produit ne sera donc en rien modifiée.’’

Voici notre réponse :
Le révélateur sec xxx n'est pas le seul sur le marché. Sans trahir de secret industriel, on peut écrire que les révélateurs secs peuvent être constitués d’une association de plusieurs des composants suivants : silicate de magnésium, carbonates d’alcalinoterreux, silice amorphe et d’autres additifs, tels que ceux qui peuvent améliorer sa blancheur ou encore accroître la visibilité des indications fluorescentes sous rayonnement ultraviolet (UV-A).

Les révélateurs secs de qualité sont fabriqués à l’aide de matières premières de synthèse et, de ce fait, ils sont exempts de silice cristalline (responsable de silicose) et d’amiante (responsable de l’asbestose, entre autres). Tel n’était pas le cas lorsque certaines matières premières provenaient directement du broyage de roches.

La silice amorphe, qui entre dans la composition de certains révélateurs secs, a une très faible granulométrie.

En effet, d’après ce que nous savons, la silice (SiO2), semble-t-il, est d’abord transformée en tétrafluorure de silicium, puis portée à haute température pour être transformée en silice amorphe et atomisée sous forme de nanoparticules.

Ainsi, la dimension moyenne des particules élémentaires de cette silice amorphe est de 12 nm, soit environ 1/100 de µm.

De ce fait, les forces de Van der WALLS jouent un rôle prépondérant, ce qui favorise l’adhésion des particules les unes aux autres, mais, ce qui n’empêche nullement la présence de particules élémentaires dans le révélateur sec.

Mis à jour ( Mercredi, 25 Mai 2011 19:18 )