French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Courrier - Unités et grandeurs

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 10 Août 2010 13:48

Unités de mesure et grandeurs physiques en MT/PT : arrêtez le massacre !

(Article paru dans Materials Evaluation, version française plus complète sur notre site)

Août 10

Stéphane GRAVELEAU de SREM TECHNOLOGIES nous a écrit fin juin 2010 :

"J'ai lu avec attention votre article sur les unités de mesure et j'ai quelques commentaires à faire, en particulier concernant la mesure des grandeurs magnétiques. Il me semble que cette partie est, au moins incomplète, voire même pourrait porter à confusion.

En effet, en magnétoscopie, la grandeur caractéristique permettant d'assurer un bon contrôle est bien l'induction magnétique dans la matière (comme définie dans la norme ISO 9934-1:2001 au § 8.1 : ‘‘l'induction minimale dans la pièce doit être de 1T’’) qui doit être proche de la saturation (saturation vers 1,2 à 1,5 T pour des aciers courants). Comme cette grandeur est très difficilement mesurable, on préfère mesurer le champ magnétique tangentiel sur la pièce, qui est conservatif (Ht interne = Ht externe) et qui nous donne une idée de cette induction… mais en perdant malheureusement au passage la notion caractéristique de la matière qu'est la perméabilité magnétique (B = µ.H). Dans ces conditions, la valeur du champ magnétique tangentiel à appliquer devrait être différente chaque fois en fonction de la matière de la pièce. Dans la pratique, cela est impossible et l'on va juste trouver des fourchettes de champ magnétique tangentiel différentes suivant les secteurs d'activité (Automobile /Ferroviaire/Aéronautique), ce qui sous-entend des matières différentes.

Concernant l'aimantation rémanente, il s'agit bien d'une induction magnétique et non d'un champ magnétique, même si, par abus de langage et de manière historique, on l'exprime souvent en A/m. Cette grandeur est tout à fait mesurable car elle se fait hors application d'un champ magnétique externe et Bn (composante normale de l’induction magnétique) est conservatif (Bn interne= Bn externe).

Une sonde à effet Hall permet de mesurer un champ magnétique ou une induction magnétique, tout dépend de la manière dont on l'utilise."

Notre réponse :

"Il y a effectivement "conservation" du champ magnétique tangentiel en passant du milieu métallique à l'air. Mais, comme vous l’avez écrit, et comme nous le disons dans nos cours de formation, on ne pense plus à la perméabilité magnétique ; d'où des champs magnétiques tangentiels "adéquats pour la magnétoscopie" sur des pièces en bois... comme nous en parlerons dans un de nos futurs articles.

Question : D’autre part, le capteur n'est pas au contact de la surface, mais à quelques mm en général. Conserve-t-on vraiment le champ magnétique sur une telle distance ? Nous en doutons".

 

Voici la réponse de Stéphane GRAVELEAU :

"Cela induit bien entendu une erreur de mesure qui dépend de la géométrie de la pièce et des conditions d'aimantation. Par exemple, je prends le cas très simple d'une pièce cylindrique aimantée par passage de courant direct et sur laquelle on mesure le champ magnétique à l'aide d'un Analysse(*). Dans ces conditions, la valeur du champ est sous-estimée et l'erreur de mesure est d'environ 3 % pour une pièce de diamètre 100 mm… mais tout de même 25 % pour une pièce de diamètre 10 mm.’’

Note

(*) Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Historique de la magnétoscopie, sur notre site Web :
http://www.ressuage-magnetoscopie-penetranttesting-magnetictesting-dpc.info

Référence

• ISO 9934-1:2001 Essais non destructifs - Magnétoscopie - Partie 1 : Principes généraux du contrôle, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2001.

Mis à jour ( Mercredi, 25 Mai 2011 21:26 )