French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Courrier - DPCNews 035

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 07 Juin 2011 15:07

Ressuage - Révélateur humide non aqueux :

Comment appliquer une couche mince, uniforme à l’aide d’un générateur d’aérosols ?

Juin 2011

Notre DPCNewsletter du mois dernier nous a valu un certain nombre de félicitations et de commentaires.

Ainsi, nous avons reçu le courriel suivant de Terry KESSLER, un ancien responsable des CND de General Electric Aviation :

‘‘Excellent description of the application of NAWD.
I would only add that when a thin uniform layer is achieved, one should still be able to see a metallic background of the part through the thin film of NAWD. If the part is "painted white", you have applied too much NAWD and the part needs to be re-processed or small cracks may be missed by masking with too much developer.
Thanks again.’’

Que nous pouvons traduire en français de la façon suivante :
‘‘Excellente description de l’application du révélateur humide non aqueux.
J’aimerais seulement ajouter que lorsqu’une mince couche uniforme est obtenue, on doit être encore capable de voir le métal à travers la couche mince de révélateur humide non aqueux. Si la surface présente un aspect comme si elle est était "peinte en blanc", cela signifie que vous avez appliqué trop de révélateur humide non aqueux et que la pièce doit être retraitée par ressuage ; sinon de petites criques peuvent être masquées et donc échapper au contrôle, à cause du révélateur appliqué en excès.
Merci encore.’’

Patrick DUBOSC avait eu l’occasion de rencontrer Terry, il y a quelques années, à une réunion du Comité K de l’AMS (1).

Effectivement, nous avions oublié ce point technique important et c’est la raison pour laquelle nous complétons, ce mois-ci, notre DPCNewsletter N°035, en y ajoutant un paragraphe 6.

De plus, William E. MOOZ (2) a trouvé très intéressant notre article et nous a demandé l’autorisation de l’utiliser pour rédiger un article à paraître dans le numéro de mai 2011 de son Penetrant Professor (3). Nous lui avons tout naturellement donné notre autorisation.

Nous avons eu l’occasion d’échanger nos points de vue avec Mike WHITE, de la Société MET-L-CHEK®, associé de William E. MOOZ.
Notre avis est que la surface revêtue de révélateur doit être blanche, mais on doit "deviner" la surface métallique à travers la couche de révélateur.
Cet avis n'est pas toujours partagé, notamment aux États-Unis d’Amérique.

En effet, Mike estime que cela ne s’applique qu’au ressuage fluorescent et non au ressuage coloré et que Terry ne pense qu’à l’aéronautique et au ressuage fluorescent,  alors qu’il y a plein d’utilisateurs en dehors de ce monde.
Mike a ajouté que certains révélateurs renferment du dioxyde de titane (TiO2) justement pour masquer la surface.

Bien sûr, Mike, le dioxyde de titane est excellent pour obtenir une couche blanche.
Néanmoins, en France, dans l’industrie nucléaire, si l’on ne peut pas ‘‘percevoir’’ la surface à travers la couche… c’est que la couche est trop épaisse.
À ce propos, ÉDF (Électricité de France) précise que même lorsqu’on utilise des pénétrants colorés (ils n’utilisent que ceux-ci), la surface métallique doit être ‘‘perçue’’ à travers la couche de révélateur.

Dans un de nos prochains articles, nous aurons l’occasion de reparler du dioxyde de titane.

De plus, nous avons reçu un autre courriel de Gary W. Moore, Service Inspection du Centre de révision des turbines à gaz Solar® chez DeSoto au Texas :

‘‘Good morning,
Excellent article!
I have a trainee going thru initial training in PI and was covering the Method "C" process yesterday.
It was mentioned to him to keep his distance when applying aerosol Developer and let the mixture appear to "float" to the part surface rather than directly applying a thick coat.
Also mentioned was to do a "test shot" into a waste container prior to application to ensure the aerosol nozzle was cleared and didn't "spatter".
Enjoy the articles, keep up the good work.’’

Que nous pouvons traduire en français de la façon suivante :
''Bonjour,
Excellent article !
J'ai un stagiaire en formation initiale en PT et qui apprenait la méthode "C" hier.
On lui a dit de garder une certaine distance lors de l’application du révélateur conditionné en générateur d’aérosols et de faire en sorte que le mélange semble ‘‘flotter’’ vers la surface de la pièce, plutôt que d'appliquer directement une couche épaisse. On a également mentionné de faire un "coup d'essai" dans une poubelle avant l'application afin de s'assurer que le diffuseur du générateur d’aérosol fonctionne correctement et ne ‘‘crachote’’ pas.
Nous profitons de vos articles, continuez ce bon travail.''

Notre réponse amicale :
‘‘Gary,
We are really happy to know that renowned people in the US NDT world find our papers interesting enough to use them in training courses, and/or to spare some time to write us!
Your practical ideas are also an excellent point to add to the process.
Patrick DUBOSC is almost sure he already met you during some ASNT Conferences, and maybe in a Committee K meeting...some years ago.
Thank you again for your warm mail.’’

Que nous pouvons traduire en français de la façon suivante :
‘‘Gary,
Nous sommes vraiment heureux de savoir que des gens de renom dans le monde des CND aux États-Unis trouvent que nos papiers sont suffisamment intéressants pour les utiliser dans des cours de formation, et/ou qu’ils consacrent un peu de leur temps à nous écrire !
Vos idées pratiques sont également un excellent point à ajouter à ce processus.
Patrick DUBOSC est presque certain de vous avoir déjà rencontré lors de certaines conférences ASNT, et peut-être lors d’une réunion du Comité K... il y a quelques années.
Merci encore de votre chaleureux courrier.’’

Références

(1) AMS (Aerospace Material Specification) K Non Destructive Methods and Processes Committee du SAE Aerospace (An SAE International Group). SAE = Society of Automotive Engineers.

(2) Patrick DUBOSC et Pierre CHEMIN, Un américain à Paris … Qui aime Paris au mois de mai, Éditorial – Juin 2010, sur notre site Internet :
http://www.ressuage-magnetoscopie-penetranttesting-magnetictesting-dpc.info

(3) Penetrant Professor est une publication occasionnelle, quasi-mensuelle, de MET-L-CHEK®.

Mis à jour ( Mardi, 07 Juin 2011 20:38 )