French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Courrier - DPCNews 036

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 02 Juillet 2011 07:41

Traitement des eaux usées et ressuage

Juillet/Août 2011

À la suite de la parution dans la rubrique ‘‘Informations’’ de notre DPCNewsletter du mois dernier, nous avons reçu le courriel suivant de Alain CARTAILLAC MORETTI, Responsable du service technico-commercial de Babb-Co/Sherwin-Babb-Co :

‘‘Voici mon commentaire à propos de votre lettre ‘‘Information’’ : Traitement des eaux : le ressuage, une méthode polluante.

Avec l'avènement des produits biodégradables certifiés selon le test européen OCDE N°302B(1), on ne peut plus dire que ce soit le ressuage qui soit majoritairement polluant, mais il faut garder à l'esprit que, dans le secteur aéronautique, beaucoup d'opérations de ressuage sont précédées d'une phase de préparation de surface, attaque chimique la plupart du temps, pour décaper quelques micromètres, phase obligatoire si la pièce a subi un traitement mécanique avant ce ressuage. L'opération de ressuage n'est donc plus directement concernée par l'accusation, mais ce sont aussi et plutôt la pollution et les contraintes environnementales engendrées par les opérations de décapage, qui sont visées, de plus en plus fortement.’’

Notre réponse :
‘‘Merci vivement de votre commentaire qui est, à notre avis, extrêmement pertinent.

Le décapage, appelé également dérochage, est effectivement une opération indispensable avant ressuage si le substrat est susceptible d’avoir subi un fluage, comme nous l’avons écrit(2). Si ce décapage présente des contraintes environnementales, il n’en est pas pour autant polluant, car les effluents liquides et gazeux sont traités.

La distinction doit être faite entre ce qui est préparation de surface et contrôle par ressuage.
En effet, certains décapages effectués avant ressuage ne sont pas directement imputables au ressuage.
Ainsi, après soudage inox, il est nécessaire d’éliminer la calamine (oxydes formés à haute température) et de repassiver l’inox.
De même, en maintenance aéronautique, il faut éliminer les oxydes formés à haute température dans la zone chaude de turbomachines avant réparation et avant tout contrôle, quelle que soit la méthode de CND utilisée.
Enfin, en maintenance hors aéronautique aussi, il faut nettoyer les pièces avant tout contrôle quelle que soit la méthode utilisée, car peut-on sérieusement faire un contrôle sur une pièce sale ? Là encore, il s’agit d’une contrainte environnementale mais les effluents résultant de ce nettoyage indispensable sont traités.’’

Références

(1) Ligne directrice de l’OCDE pour les essais de produits chimiques, Essai n°302B : Biodégradabilité dite intrinsèque : Essai Zahn-Wellens/EMPA, Éditions OCDE.
Lien :
http://www.oecdbookshop.org/oecd/display.asp?lang=fr&sf1=DI&st1=5LMQCR2K7QF4

(2) Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Quelques limites du champ d'applications industrielles du ressuage, décembre 2010, sur notre site Internet :
http://www.ressuage-magnetoscopie-penetranttesting-magnetictesting-dpc.info/site/fr/informations/infos-ressuage/58-quelques-limites-du-champ-dapplications-industrielles-du-ressuage

Mis à jour ( Samedi, 02 Juillet 2011 08:20 )