French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Courrier - Mai 2013

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Vendredi, 12 Avril 2013 08:11

Valeurs de Ht et de B

Mai 2013

Monsieur Leau, technicien END, nous écrit :

Tout d’abord, merci pour tous vos articles sur votre site Internet, qui sont toujours fort intéressants.
Je peux vous soumettre un "sujet" :
Dans de nombreuses procédures MT (et normes), les valeurs hautes et basses du champ magnétique tangentiel sont stipulées pour réaliser les contrôles, par exemple entre 2000 et 6000 A/m. Certains opérateurs appliquent à la lettre ces valeurs et n’osent surtout pas dépasser la valeur haute (à savoir 6000 A/m dans l’exemple cité plus haut).
Oubli ou non dans les normes, il me semble que celles-ci n’indiquent pas de valeurs hautes restrictives.

• Norme ISO 9934-1:2001 : "L’induction minimale dans la pièce  doit être de 1 T. Pour les aciers faiblement alliés ou à faible teneur en carbone, cette induction est obtenue avec une perméabilité relative élevée et avec un champ magnétique tangentiel de 2 kA/m".
La norme générale ne stipule pas de limite haute, mais uniquement un seuil minimum.

Allons voir quelques normes "produits" couramment utilisées :

• Norme EN 10228-1:1999 : "Une induction magnétique de 1,0 T est généralement atteinte avec un champ magnétique tangentiel compris entre 2 kA/m et 6 kA/m, fonction de la perméabilité magnétique du matériau contrôlé".
Si nous faisons la relation avec ce qui est dit dans la norme ISO 9934-1:2001, nous obtenons l’induction magnétique minimale pour un champ magnétique tangentiel compris entre 2 kA/m et 6 kA/m. Nous pouvons donc logiquement dépasser ces 6 kA/m dans des proportions raisonnables évidemment (idéalement vers 1,2 à 1,5 T). Si nous lisons bien, il n’y aurait rien de choquant à écrire dans un rapport de contrôle, RESPECTANT CETTE NORME, d’avoir utilisé un champ magnétique tangentiel de 7 kA/m.

• Norme ISO 17638:2003 : "Il est recommandé d’utiliser une intensité de champ magnétique tangentiel comprise entre 2 kA/m et 6 kA/m [valeur efficace (r.m.s.)]". [ndlr : l’expert, chargé de la validation de cette norme, a oublié d’enlever le terme (r.m.s.) qui figure dans la version anglaise de cette norme].

En général, pour les soudures, entre 2 kA/m et 6 kA/m, les valeurs de champs magnétiques tangentiels conviennent parfaitement, mais rien ne nous empêche d’aller au-delà.

• Dans la norme EN 1369:2012 : "Une pièce moulée en fonte ou acier est considérée comme étant ferromagnétique si son induction magnétique est supérieure à 1 T (Tesla) pour un champ magnétique de 2,4 kA/m", et dans la norme ISO 4986 :2010 : "Une pièce moulée en acier est considérée comme étant ferromagnétique si son induction magnétique est supérieure à 1 T (Tesla) pour un champ magnétique de 2,4 kA/m".
Ici c’est clair, il n’y a qu’un seuil minimum de fixé et pas d’ambiguïté possible.

Ces remarques pour souligner une chose : nous ne devons pas oublier que nous cherchons des défauts. J’ai souvent des stagiaires qui s’interrogent sur les réglages : "J’ai  6000 A/m  mais mon témoin d’aimantation ne révèle pas, qu’est-ce que je fais ?". Si on pousse à 7000 A/m, le témoin révèle, ainsi que les discontinuités recherchées et tout va bien.

Notre réponse :

Merci vivement de votre courriel et de tout l’intérêt que vous portez à notre site Internet.

La valeur du champ magnétique tangentiel peut dépasser les 6000 A/m, l'objectif étant bien de détecter les discontinuités, SANS SATURER MAGNÉTIQUEMENT LE MATÉRIAU. La valeur du champ magnétique tangentiel n’est qu’un moyen de vérification des conditions d’aimantation qui dépend de beaucoup de paramètres difficilement maîtrisables. La nouvelle rédaction de "l’alinéa 8.1 Prescriptions générales" de la prochaine révision de la norme ISO 9934-1 sera beaucoup plus claire à ce sujet.

Ce qui est écrit dans les normes... Il est "recommandé" de travailler entre 2 et 6 kA/m. Rien n'interdit d'être en-dessous (lorsque nous recherchons uniquement de gros défauts), rien n'interdit d'être au-dessus, parce que nous savons que pour des défauts très fins, qui plus est sur des matériaux difficiles à aimanter, des champs magnétiques tangentiels plus élevés sont NÉCESSAIRES pour obtenir l'induction magnétique de 1 T.
En tout état de cause, la valeur minimale est bien plus importante car elle agit directement sur le seuil de détectabilité.

La valeur maximale n'a de sens que pour limiter l'influence du bruit de fond et obtenir ainsi en théorie un meilleur rapport signal sur bruit de fond de l’indication. La valeur maximale est surtout prise en compte dans le domaine aéronautique.

Si le champ magnétique tangentiel est trop élevé, des perturbations peuvent se produire. Par exemple le phénomène de "furring", terme dont la définition figurant dans la norme ASTM E1316 – 11b, doit être évité.
Dans notre Lexique MT(1), nous avons traduit "furring" par "empâtement (indication fallacieuse due à une trop forte aimantation)".

Réponse de Monsieur Leau :

Merci de votre retour de courriel.
Les gens font souvent ainsi des "raccourcis" dans la rédaction des instructions et procédures en imposant des "valeurs de champ magnétique tangentiel à appliquer : entre 2000 et 6000 A/m" comme évoqué dans mon courriel. Formulé ainsi, l’opérateur n’a plus le choix, il ne peut pas dépasser les 6000 A/m.
De la même manière, des "raccourcis" sont fait par les rédacteurs, en imposant une marque  de matériel ou de produit indicateur de magnétoscopie. Une personne a un jour été piégée comme cela, le rédacteur de la procédure avait imposé des produits indicateurs (à mon avis, plus par fainéantise que dans un souci de favoriser une marque). C’est plus facile de citer un produit et une marque que d’écrire "produit conforme à la norme ISO 9934-2". La personne n’ayant pas ces produits, était un peu embêtée.
Autre exemple de "raccourci" sur l’étendue des contrôles : un document demandait un contrôle 100 % d’une grande quantité de pièces (type barre) sur banc magnétoscopique, ce qui impliquait de prévoir un contrôle des extrémités des pièces (surfaces en contact des tresses), qui, dans cet exemple bien précis, n’était absolument pas justifié (zone non soumis à sollicitation) et alourdissait le contrôle.
La rédaction d’une procédure et d’une instruction demande au rédacteur de lire sa phrase 7 fois avant de la figer sur le papier.

Notre Commentaire :

Ce que nous pouvons toujours recommander, c’est que le rédacteur de la procédure travaille en liaison étroite avec les opérateurs, afin de vérifier au moins que… c’est réalisable, avec le matériel et les produits disponibles… et que tout ce qui est écrit est utile : inutile d’enregistrer des paramètres que nous ne pouvons contrôler, par exemple, alors qu’ils ne sont pas demandés par le donneur d’ordre ! C’est un "bâton" donné aux auditeurs pour se faire taper dessus !


Référence


(1) Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Lexique MT (français/anglais), mars 2010 (document complété et actualisé en mars 2013) : sur notre site Internet.


Références normatives


• ISO 9934-1:2001, Essais non destructifs -- Magnétoscopie -- Partie 1 : Principes généraux du contrôle, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2001.

• ISO 9934-2:2002, Essais non destructifs -- Magnétoscopie -- Partie 2 : Produits magnétoscopiques, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2002.

• EN 10228-1:1999, Essais non destructifs des pièces forgées - Partie 1 : contrôle par magnétoscopie, Comité Européen de Normalisation, Bruxelles, Belgique, mars 1999.

• ISO 17638:2003, Contrôle non destructif des assemblages soudés -- Contrôle par magnétoscopie, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2003.

• EN 1369:2012, Fonderie – Contrôle par magnétoscopie, Comité Européen de Normalisation, Bruxelles, Belgique, 2012.

• ISO 4986:2010, Pièces moulées en acier – Contrôles par magnétoscopie, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2010.

• ASTM E1316-11b, Standard Terminology for Nondestructive Examinations, ASTM International, 100 Barr Harbor Drive, PO Box C700, West Conshohocken, PA, 19428-2959, États-Unis d’Amérique, 2011.

• ISO 9934-2:2002, Essais non destructifs -- Magnétoscopie -- Partie 2 : Produits magnétoscopiques, Organisation Internationale de Normalisation, Genève, Suisse, 2002.

Mis à jour ( Vendredi, 12 Avril 2013 08:48 )