DPCNews 002 - Journées COFREND 2008

Imprimer
DPCNews
Écrit par Administrator
Dimanche, 01 Juin 2008 20:54

Juin 2008

(Confédération Française pour les Essais non Destructifs) - Toulouse - 20 au 23 mai 2008.

Cette conférence de 3 jours, accompagnée d’une exposition qui a connu un très grand succès, comportait un certain nombre de communications en ressuage et magnétoscopie.

L’une d’entre elles traitait des conséquences, pour la magnétoscopie, de la Directive Européenne concernant les champs magnétiques et une autre s’intitulait : "AUDITS NADCAP : UN CAUCHEMAR ?"

Une des communications, présentée par Alain MORETTI, de BABBCO, a expliqué que la couleur, la température de couleur et le spectre de lumière visible sont d’importance extrême pour le ressuage coloré, connu également comme “l’examen par ressuage en lumière visible”. Ce paramètre est beaucoup plus important pour une détection fiable des indications que l’exigence du contrôle de chaque lot de pénétrant à 50°C, comme l’exigent certains auditeurs. Ce paramètre devrait être introduit dans toute spécification de même que dans toute norme nouvelle ou révisée.

Nous vous suggérons de contacter directement Alain MORETTI, pour de plus amples informations à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Une autre communication très intéressante a été présentée par Stéphane GRAVELEAU, de SREM.

TECHNOLOGIES, une division du Groupe SOFRANEL ; l’auteur fournit des indications très minutieuses de l'amélioration constante de l’équipement magnétoscopique depuis plus de 30 ans. La magnétoscopie, tout comme le ressuage, sont parfois complètement ignorés dans la formation des Ingénieurs en CND, comme étant des “méthodes périmées”, mettant en œuvre des produits chimiques dangereux pour l’environnement.

Ce dernier point est fort discutable et ces deux "vieilles méthodes" sont fiables, utilisées à une beaucoup plus grande échelle dans le monde qu'à n'importe quelle époque antérieure.

Nous vous suggérons de contacter directement Stéphane GRAVELEAU pour de plus amples informations à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Enfin, une autre conférence porta sur les audits et suscita des discussions "dures" entre l'auteur, Patrick DUBOSC et quelques auditeurs : néanmoins, les exemples qui y ont été cités sont tous réels et véridiques. Le but de cette conférence était de mettre en confiance les audités en leur recommandant de poser des questions aux auditeurs, en cas de tout malentendu à propos de telle ou telle exigence ("s'il vous plaît, M. ou Mme l'auditeur, montrez-moi le paragraphe exact dans le questionnaire"), car ce sont les sous-traitants qui fournissent des pièces bonnes absolument nécessaires aux donneurs d'ordre. Il a été aussi dit qu'il n'y a aucune "EXIGENCE NADCAP" en tant que telle, mais que “l'exigence Nadcap" est très souvent une exigence spécifique stipulée dans "un supplément" par un donneur d’ordre spécifique, parfois le seul à stipuler cette exigence.

Il a été expliqué qu'un "pré-audit", par un auditeur interne, un auditeur extérieur ou un "préauditeur Nadcap", est probablement la meilleure façon de résoudre n'importe quelle réponse "Non" aux questions AVANT l'audit réel. Quelques conseils furent fournis aux audités pour leur faciliter les audits et pour qu’ils se déroulent de la meilleure façon.

Cette conférence est disponible en français et en anglais : elle peut être présentée à nouveau si le besoin s'en fait sentir.


Nous, Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, accueillons tout commentaire, toute idée. Si vous avez quelques exemples que vous souhaiteriez voir discutés ici, veuillez nous fournir, s'il vous plaît, toutes les indications utiles. Si vous exigez la confidentialité, nous modifierions les lieux, les noms et quelques paramètres pour empêcher d’identifier la source d’information. Néanmoins, nous sommes convaincus que notre site peut être une sorte de soupape de sécurité: le but N'EST PAS de viser telle ou telle Société, ou tel ou tel auditeur; mais c’est toujours afin que les utilisateurs réfléchissent et se posent des questions, les vraies, à eux et aux autres.

Nous pouvons également fournir un conseil, là encore, à titre confidentiel si nécessaire, n'hésitez pas, s’il vous plaît, à nous poser des questions, pour alimenter notre base de données, concernant: les Fiches de Données de Sécurité (FDS), l'environnement, un nom chimique que vous ne comprenez pas, une gamme de ressuage dont vous avez entendu parler, etc. Nous avons une multitude d'exemples, certains ne figurant dans aucune spécification/norme, qui permettent la détection de discontinuités, lorsque "les procédés courants ou habituels" ne permettent pas la détection de ces discontinuités.

Mis à jour ( Lundi, 23 Mai 2011 16:54 )