French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Septembre 2009 - Ampoules à vapeur de mercure : évidemment "très dangereuses, puisqu'elles renferment du mercure" !

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 01 Septembre 2009 17:09

Dans les années 60, élèves Ingénieurs, nous étions amenés à déterminer le point de fusion des cristaux de molécules dont nous avions fait la synthèse organique. Plus le point de fusion est élevé, plus le produit synthétisé est censé être pur. Outre le banc chauffant KOFLER, nous utilisions le bain de mercure à la surface duquel nous déposions quelques cristaux. Nous notions la température du bain de mercure dès que les cristaux fondaient. Ce bain de mercure était chauffé à la flamme d'un bec BUNSEN. Il n'était donc pas rare que la température dépasse 120°C et, ayant le nez juste au-dessus, nous inhalions des vapeurs de mercure. Nous étions informés et conscients des risques, mais nous devions pourtant le faire.

Nous ne pourrions plus le faire aujourd'hui dans de telles conditions.

Voici une histoire courte, simplement pour montrer qu'il faut y penser à deux fois avant d'entreprendre une action qui semble être en faveur de l'Hygiène et Sécurité (H et S).

Les ampoules à vapeur de mercure sont utilisées depuis des décennies - en fait, depuis environ 1880, comme source fiable de rayonnement UV essentiellement (UV-A, UV-B ou UV-C, en fonction de la pression interne de l'ampoule quand elle est allumée, en raison de la quantité d'Argon qui a été introduite lors de sa fabrication). Elles sont également souvent utilisées comme sources de "lumière blanche" dans les grands bâtiments comme : les magasins, les chaînes de fabrication ou dans les parkings en plein air, etc.

Ces ampoules renferment une petite quantité de mercure. Le mercure est un métal liquide à température ambiante. En tant que liquide, s'il est laissé en cuve ouverte, il émet des vapeurs. Le mercure peut réagir avec beaucoup de molécules organiques (des molécules à base de carbone). Quand il est ingéré par la faune vivante microscopique comme celle des cours d'eau, des mers, etc., puis quand ces organismes vivants microscopiques sont ingérés par des animaux un peu plus grands, qui eux-mêmes sont mangés par de plus grands etc., le mercure s'accumule tout au long de la chaîne alimentaire. Les "plus grands" sont des êtres humains qui mangent du poisson, il peut arriver que les doses de mercure ingéré causent des ennuis de santé (la maladie Minamata dans les années 50 en raison de la bioaccumulation de méthylmercure).

Le mercure à l'état de vapeur est rarement un problème : le mercure est toujours utilisé dans des récipients fermés.

Et c'est exactement le cas des ampoules UV-A utilisées en CND! Le mercure est dans un verre scellé. Impossible d'être en contact avec lui... à moins que l'ampoule ne soit cassée.

Aussi, nous avons été très surpris, il y a quelques années, quand nous avons reçu un appel téléphonique d'urgence de gens qui utilisaient des ampoules UV-A pour la détection de fuites sur moteurs automobiles dans l'usine d'un très grand constructeur automobile. "S'il vous plaît, dites-nous ce que nous devons utiliser, car l'emploi des ampoules à vapeur de mercure est interdit dès maintenant - nous en avons été informés il y a une heure !"

Nous avons dû nous rendre à l'usine pour rencontrer les utilisateurs et le Comité Hygiène et Sécurité, pour leur fournir toutes les explications et leur faire comprendre que l'utilisation de telles ampoules était ABSOLUMENT sans danger, tant que ces ampoules n'étaient pas cassées.

Certains fournisseurs sont arrivés avec des éclairages à ampoule xénon affirmant que les utiliser résoudrait le problème. Mais... ces fournisseurs ne savaient pas - probablement; mais ils auraient dû le savoir ! – ou n'ont pas dit aux utilisateurs - un mensonge ! - qu'il y a une faible quantité de mercure même dans les ampoules xénon !

Avant d'écrire un "diktat", mieux vaut demander à des gens mieux informés de la réglementation, ce qui est techniquement réalisable, à quel prix, etc.

Nous avions eu un problème semblable avec une Directive européenne concernant certains agents de surface (ou agents tensioactifs), les Alkyl Phénol Ethoxylés (dont l'abréviation est APE). Cette Directive a été à tort interprétée par quelques très grands utilisateurs comme l'interdiction de l'utilisation des APE dans n'importe quelle circonstance. Une lecture minutieuse, une meilleure compréhension, une coopération plus proche avec les fournisseurs auraient beaucoup atténué les effets du "diktat" : "Plus jamais d'APE dans les produits chimiques que nous utilisons au sein de notre Entreprise, date limite : 4 mois à partir de maintenant". Cela sera probablement le sujet d'un autre article.

Mis à jour ( Jeudi, 19 Mai 2011 10:35 )