French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Février 2011 - Lumière bleue en ressuage et magnétoscopie

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 01 Février 2011 20:40

L'utilisation de la lumière bleue est actuellement en cours d'évaluation et de discussion pour le ressuage et la magnétoscopie en alternative à la lumière ultraviolette (UV-A).

Certaines autorités préfèrent encore limiter aux inspections intermédiaires l’utilisation de la lumière bleue actinique (A-bleu : 400-480 nm) à 440 nm et continuer à utiliser (UV-A) la lumière ultraviolette pour l'inspection finale. Jusqu'à présent, nous ne pouvons pas anticiper si la lumière bleue sera oui ou non autorisée pour l'inspection finale : peut-être une boule de cristal serait-elle utile !

Dans l'un des articles(1) publiés sur notre site Web, nous avons écrit :

‘‘Dans certains cas, l’examen en lumière bleue est très utile car il permet d’effectuer certaines retouches sans être dans des zones assombries.
Nous pensons qu’il serait possible d’effectuer un ‘‘premier contrôle’’ rapide en présence d’un niveau raisonnable de lumière visible. Par contre, un contrôle dans les ‘‘règles de l’art’’ doit être effectué quand il s’agit de rechercher des indications de très petites discontinuités, sinon la fiabilité du contrôle pourrait en être affectée. Moins il y aura de photons visibles "parasites", meilleur sera le contrôle : plus rapide, moins ardu, par conséquent plus fiable.’’

Pour cela, dans l'un de nos futurs articles, nous vous expliquerons comment fonctionnent les yeux humains et vous comprendrez que ce serait un pas en avant intéressant en particulier pour effectuer l'examen par ressuage fluorescent hors de l'obscurité d’une cabine d’examen.

À ce propos, des changements sont apparus dans l'édition 2010 du code ASME.

L'un d'eux apparaît à l’alinéa T-777.3 Fluorescent Magnetic Particles with Other Fluorescent Excitation Wavelengths" (ndlr : "magnétoscopie fluorescente avec d’autres longueurs d’onde d’excitation de la fluorescence") où vous pouvez lire : "Alternatively to the requirements in T-777.2, the examinations may be performed using alternate wavelength light sources which cause fluorescence in specific particle coatings." and "Any alternate light wavelength light sources and specific particle designations used shall be qualified..."

(ndlr : "En alternative aux exigences stipulées à l’alinéa T-777.2, les examens peuvent être effectués en utilisant en remplacement toute autre source lumineuse de longueur d'onde différente qui provoque la fluorescence des revêtements spécifiques de particules." et "toute autre source lumineuse de longueur d'onde différente et tout autre type particulier de particules magnétiques utilisées doivent faire l’objet d’une qualification...".

Dans le cas présent, il faut sans doute détailler qui procède à la qualification, et selon quelle procédure ! Du ‘‘grain à moudre’’ pour les auditeurs !

Évidemment, cela devrait être pris en compte pour tout développement ultérieur, par exemple lors de la rédaction de nouvelles normes/spécifications ou lors de la révision de ces documents, mais aussi par les fabricants de pénétrants fluorescents.

Références

ASME ASME's Boiler and Pressure Vessel Code (BPVC), West Caldwell, New Jersey, États-Unis, 2010 Edition.

(1) Patrick DUBOSC et Pierre CHEMIN, Les pénétrants du futur (suite), DPCNewsletter N° 021, février 2010 sur notre site Web.

Mis à jour ( Jeudi, 19 Mai 2011 15:28 )