French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Juillet 2012 - Examen des surfaces internes

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Dimanche, 10 Juin 2012 16:11

Chers Lecteurs,

Nous avons le plaisir de publier sur notre site Internet un article de Rich COSTANTINO de Goodrich Aerostructures, qu’il a publié dans la Non-Destructive Newsletter de juin 2012 de PRI-NADCAP, que vous pouvez lire en utilisant ce lien.

Cet article est reproduit avec l'amicale permission de l'auteur et de Performance Review Institute (PRI) ©.

Nous vous prions de trouver, ci-après, la traduction française.

Nous attirons votre attention sur 2 points importants :

• Une définition des termes "endoscope", "boroscope", "fibroscope" et "vidéoscope" (et non "boroscope vidéo"), mentionnés dans ce texte, est donnée dans la norme EN 1330-10:2003 Essais non destructifs - Terminologie - Partie 10 : Termes utilisés en contrôle visuel, publiée par le Comité Européen de Normalisation, Bruxelles, Belgique, 2003.

• L’auteur cite la "lampe UV-A de Labino". Il ne s’agit pas d’un modèle de lampe UV-A. Labino n’est pas un modèle de lampe UV-A, mais une marque déposée de la société suédoise LABINO AB qui fabrique et commercialise des lampes UV-A.
Nous vous informons qu’il existe bien d’autres fabricants/fournisseurs de lampes UV-A qui conviennent tout aussi bien. Citer ce nom n’est en aucune façon une approbation quelconque de notre part.

Nous espérons que cet article vous intéressera et qu’il vous apportera une information de qualité.

Patrick DUBOSC et Pierre CHEMIN


Une des opérations les plus difficiles du contrôle par ressuage et magnétoscopie réside dans la capacité à examiner les surfaces internes d'une pièce.

Nous avons tellement l’habitude de prendre la source UV-A, d’adapter nos yeux et de commencer le contrôle que, sans nous poser de questions, nous pensons pouvoir disposer d’un éclairage approprié pour examiner les surfaces internes. Malheureusement, l’utilisation de dispositifs classiques, pour contrôler des pièces qui comportent des surfaces internes, ne permet pas toujours d’effectuer le travail correctement. Dans le cas de surfaces internes sur des pièces de forme cylindrique ou de zones d’accès difficiles où la source classique UV-A ne peut pas être utilisée en raisons de ses dimensions, d’autres moyens d’éclairage doivent être employés. Des équipements existent, qui peuvent être utilisés pour accomplir cette tâche.

Les endoscopes UV-A viennent immédiatement à l'esprit. Ils peuvent être très utiles pour les petites ouvertures et des surfaces en retrait, mais peuvent rendre le contrôle assez fastidieux.

En raison de la faible surface visible, le contrôle peut s’avérer assez long. Les techniques d’utilisation de ce genre de matériel, pour obtenir l’éclairement énergétique UV-A approprié sur la surface à examiner, tout en mettant au point et en repérant la position, doivent être strictement observées pour donner l’assurance d’un examen complet.

Les endoscopes UV-A rigides sont disponibles en différent diamètres et longueurs, et permettent un accès aisé en ligne droite dans des alésages. Les pièces/structures complexes peuvent être contrôlées à l’aide de fibroscopes flexibles avec une gamme de têtes d’inspection articulées selon 4 axes pour bien viser la surface à examiner.
Diverses têtes d’inspection, telles que : à 90°, pour examen de fonds de trous borgnes, vue avant en oblique et rotatives, sont disponibles selon les besoins d’examen de la surface interne.

Les vidéoscopes comportent une caméra qui permet d’observer des images, de les enregistrer pour archivage sur un enregistreur vidéo numérique, un lecteur de disque ou une carte mémoire. Malheureusement, ce type d’endoscope est assez onéreux. Ils peuvent devenir assez complexes comparés aux systèmes d’observation directe.

D’autres sources lumineuses d’examen peuvent comprendre : des guides de lumière UV-A, des lampes crayons et même des lampes UV-A d’intensité très élevée comme la ‘‘lampe UV-A Labino’’ grâce à des miroirs pour envoyer les UV-A sur la surface à examiner, et avoir l’image en retour.

Ces limites de la méthode CND employée doivent être comprises grâce à une bonne communication entre le Niveau 3 et le donneur d’ordre (le client). Le Niveau 3 doit lui dire que ces surfaces pourraient nécessiter l’emploi d’une autre méthode de CND pour permettre un contrôle à 100 %. Si le contrôle à 100 % est impossible, il peut être nécessaire de revoir les exigences des plans d’ingénierie pour définir ces zones comme ‘‘non-contrôlables’’.

Normalement, lorsqu’une exigence de contrôle par ressuage fluorescent ou magnétoscopie fluorescente n’indique pas de zones précises d’examen, cela signifie que toutes les zones de la pièce doivent être contrôlées. Si ce contrôle est impossible, il faut contacter les personnes concernées.

Le meilleur moyen de résoudre ces problèmes est de communiquer avec vos collègues et de trouver un moyen pour faire avancer les choses.

Mis à jour ( Dimanche, 10 Juin 2012 16:25 )