French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Juin-Juillet 2014 : Qui donc est l'inventeur de l'émulsifiant hydrophile ?

Imprimer
Envoyer
Écrit par Laurence
Dimanche, 15 Juin 2014 07:22

Nous n’avons pas réussi à identifier le véritable inventeur de l’émulsifiant hydrophile et aucun de tous ceux, en particulier les plus anciens dans les END, que nous avons interrogés, n’a réussi à résoudre cette énigme.

L’un de nous attribue cette invention à Norman Henry HYAM(1).

Norman Henry HYAM (1918 – 2000) fut le Directeur Technique d’une Société britannique à l’époque où l’un de nous était Ingénieur dans une filiale du Groupe Péchiney qui avait la licence de fabrication et de commercialisation en France des produits de cette société britannique.

Norman, chimiste de formation, a créé, non seulement des produits de ressuage et de magnétoscopie, mais également de nombreuses spécialités chimiques destinées : à l’élimination des oxydes, au décapage des peintures, à la protection anticorrosion, au nettoyage, etc.

L’autre auteur de ce site Internet attribue cette invention à un ingénieur de la société aéronautique Rolls-Royce Limited qui, voyant sa femme faire la vaisselle avec du Teepol®, s'est dit que cela pourrait peut-être marcher pour les pénétrants à post-émulsion.

Ndlr : le TEEPOL®, marque déposée Shell Chimie, est un détergent liquide de synthèse qui renferme, entre autres, de l’alkylbenzène sulfonate de sodium et de l’alkyléther sulfate de sodium. Sa synthèse résulte de la valorisation par sulfonation des oléfines en C 13-C 18, sous-produits du craquage des paraffines. Ces oléfines sulfonées donnent naissance à une large gamme de détergents.

En fait, le Teepol® n’agit pas de la même manière qu’un émulsifiant hydrophile comme cela a été vérifié(2).

Mais de quel Ingénieur de Rolls-Royce Ltd s’agirait-il ?

- John Derek HISLOP,

- William Claud LOCKWOOD,

- Ou un autre ?

John Derek HISLOP avec Fred DYSON déposa un brevet, en Grande Bretagne le 20 janvier 1966(3) et en France le 20 janvier 1967(4) concernant l’application de l’émulsifiant (hydrophile ou lipophile) sous forme de mousse.

Ce brevet prouve que l’émulsifiant hydrophile existait déjà avant le 20 janvier 1966 car il y est mentionné comme « agent émulsionnant de nature hydrophile » et « agent émulsifiant aqueux ».

À la différence de Norman Henry HYAM, nous n’avons aucune preuve que Fred DYSON fut un chimiste, bien que nous ayons trouvé un autre brevet qu’il déposa concernant des naphténates métalliques utilisés pour l’étirage et le tréfilage à froid des pièces en alliages réfractaires(5).

John Derek HISLOP a déposé d’autres brevets et parmi eux :

  • Un, relatif à l'examen et à l'enregistrement des défauts dans une pièce ferromagnétique, brevet britannique N° 934 116, déposé le 4 mai 1962,
  • Un autre, relatif à un dispositif de piégeage magnétique destiné à détecter la présence de particules magnétiques dans les systèmes de lubrification, brevet britannique N° 1 090 900 déposé le 31 août 1966.

William Claud LOCKWOOD déposa un brevet(6)concernant l’élimination de l’excès de pénétrant à l’aide de particules finement divisées, telles que des noyaux de fruits réduits en poudre (noyaux de prune réduits en poudre) ou des coquilles de noix réduites en poudre.

Néanmoins, l’idée de l’émulsifiant a fait son chemin après beaucoup de réticences de la part de certains fabricants américains de produits de ressuage. (« Quoi ??? Un « simple ingénieur aéronautique, même pas chimiste, qui se mêle d’expliquer aux concepteurs de produits ce qu’il faudrait faire ? »), et de nombreux utilisateurs, là encore, surtout américains. Depuis de nombreuses années maintenant, les émulsifiants hydrophiles sont, de loin, largement plus utilisés que les émulsifiants lipophiles.

Bien que nous ayons l’intime conviction que l’émulsifiant hydrophile a été inventé en Grande Bretagne, nos recherches d’antériorité sur Internet ne nous ont pas permis de trouver de brevet britannique ou américain, antérieur à 1965, revendiquant l’invention de l’émulsifiant hydrophile.

Le plus ancien brevet américain que nous avons trouvé est celui de l’américain James R. Alburger(7) revendiquant l’invention d’un agent de couplage (soluble aussi bien dans les huiles que dans l’eau). Ce brevet fait référence au brevet britannique N° 878 751 d’octobre 1961, dont le titre n’est pas mentionné, qui n’est pas disponible sur Internet.

Chères lectrices et chers lecteurs, nous vous serions reconnaissants de recevoir tout document qui puisse nous aider à résoudre cette énigme, et nous vous en remercions d’avance.

 

Références

(1)Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Quand l’émulsifiant hydrophile apparut, septembre 2009.

(2)Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Un émulsifiant hydrophile sans colorant, septembre 2009.

(3)John Derek HISLOP et Fred DYSON, Improvements relating to Penetrant Flaw Detection Processes. Brevet britannique N° 1 101 552 déposé le 20 janvier 1966 et publié le 31 janvier 1968.

(4)John Derek HISLOP et Fred DYSON, Perfectionnements aux procédés de détection de criques. Brevet français N° 1 509 387 délivré le 4 décembre 1967 (Bulletin Officiel de la Propriété Industrielle, n° 2 du 12 janvier 1968).

(5)Fred DYSON et Elwyn Ronald HAYWARD, Improvements relating to the Drawing of Metals. Brevet britannique N° 887 606 déposé le 16 juillet 1959 et publié le 17 janvier 1962.

(6)William Claud LOCKWOOD, Method for detecting flaws in articles. Brevet américain N° 3 083 297, déposé le 8 janvier 1960 et publié le 26 mars 1963.

(7)James R. Alburger, Cleaning process and compositions for post-emulsifier inspection penetrants. Brevet américain N° 3 422 670, déposé le 16 juin 1965 et accordé le 21 janvier 1969.

Mis à jour ( Dimanche, 15 Juin 2014 16:47 )