Septembre / Octobre / Novembre 2015 : Facteurs Humains

Septembre / Octobre / Novembre 2015 : Facteurs Humains

Imprimer
Informations
Écrit par Dubosc
Samedi, 12 Septembre 2015 00:06

Septembre 2015

Chers Lecteurs,

Nous avons le plaisir de publier sur notre site Internet un article de Richard GASSET, membre votant de NADCAP, catégorie Fournisseurs, de Lisi Aerospace, qu’il a publié dans la Non-Destructive Newsletter de juin 2012 de PRI-NADCAP que vous pouvez lire en utilisant le lien suivant :

http://www.pri-network.org/resource/attach/869/P120885NDTNewsletter.pdf

Cet article est reproduit avec l'amicale permission de l'auteur et de Performance Review Institute (PRI) ©.

Nous vous prions de trouver, ci-après, la traduction française.

Nous savons que 85 % des accidents d'avion ont des causes humaines. Pourrions-nous imaginer que 85 % des pièces défectueuses qui obtiennent le « feu vert » après un CND soient acceptées en raison d'erreurs humaines ? Cet article met l’accent sur des situations très couramment rencontrées...qui, lorsqu'elles s’ajoutent les unes aux autres, peuvent le faire croire !

Nous espérons que cet article vous intéressera et qu’il vous apportera une information de qualité.

Patrick DUBOSC et Pierre CHEMIN

La fiabilité des CND peut être fortement influencée par l'environnement dans lequel les pièces sont traitées et contrôlées. La prise en considération des facteurs humains est un domaine qui est trop souvent négligé. Les facteurs humains sont généralement tributaires d'un grand nombre de facteurs importants. Ce qui suit concerne des domaines auxquels vous et votre Entreprise peuvent vouloir accorder une attention particulière lors de l'examen du processus CND au sein de votre Entreprise.

Lors d'une récente réunion du Groupe de Travail CND, le sujet des facteurs humains a été abordé. Cela m’a rappelé ma précédente profession de Réparateur FAA (Federal Aviation Administration). Une partie de mes responsabilités était de participer à l’élaboration d’un Manuel de Formation pour venir à l’appui de notre Centre de Réparation et de notre Manuel de Contrôle Qualité. Le point 8300.10 du Bulletin du Manuel pour la navigabilité exigeait d’inclure les facteurs humains dans le programme de formation. De nombreux documents de la FAA avaient suggéré des éléments sur les facteurs humains, mais aucun qui ne pouvait s'appliquer à notre petit centre de réparation d’aubes de compresseurs.

Le hasard a voulu que notre Bureau local du District des Consignes de Vol [Flight Standards District Office (FSDO)] organise un atelier de deux jours sur le Programme de Sécurité en Aviation, et que l'un des sujets traite des facteurs humains. L'animateur avait défini les facteurs humains comme « La discipline d’'optimisation de la relation entre les personnes et leurs activités par l'application systématique des sciences humaines, intégrées dans le cadre de l'ingénierie du système ». Il a également défini l'erreur humaine comme « Là où il y a un consensus général qu’une personne aurait dû faire quelque chose autrement que ce qu’elle a fait ».

Le plus important pour notre établissement, ce fut la liste des douze facteurs humains qui peuvent causer une erreur humaine:

Ce qui suit est un résumé de chacun des facteurs humains décrits pendant la présentation.

Manque de communication
C’est peut-être le facteur humain numéro un dans les accidents d'aviation. Ou bien une personne a supposé que quelqu'un d'autre avait fait son travail, ou bien elle n’a pas reçu les instructions appropriées. Le personnel a besoin de communiquer avant, pendant et à la fin de chaque tâche, et toute information doit être transmise lors du changement d’équipe.

Assurance en soi excessive
C’est un manque de stress suffisant.
Nous savons tous que trop de stress peut entraîner confusion ou fixation sur un point précis. Cependant, trop peu de stress peut faire qu’une personne s’ennuie et soit trop sûre d’elle. Quand quelqu’un devient trop sûr de soi, non seulement son niveau de stress pour accomplir une tâche diminue, mais sa performance diminue également. Les risques d’erreur ou d’autosatisfaction peuvent être atténués en s’en tenant toujours à des instructions, des procédures ou des spécifications écrites. Ne tentez pas de faire un travail de mémoire, et ne signez jamais  pour un travail que vous n’êtes pas absolument certain d’avoir terminé.

Manque de connaissances
Les systèmes aéronautiques sont si complexes et si interconnectés aujourd'hui qu'il est presque impossible d'effectuer les tâches nécessaires sans une formation technique importante et sans source de référence.

Il a été suggéré que si nous faisions l'effort de consacrer une heure par jour pendant un an à nous former sur notre cœur de métier, nous ferions partie des 15 % de personnes les plus expérimentées dans notre métier. Prenez l’engagement de consacrer chaque jour une partie du temps que vous passez à lire à vous documenter sur des sujets directement liés à votre travail quotidien pour éviter de tomber dans le facteur humain « manque de connaissances ».

Distraction
Les psychologues ont identifié la distraction comme la cause numéro un de l'oubli. Nous, humains, sommes toujours en train de penser « un peu plus loin », à la fois consciemment et inconsciemment. Si nous sommes distraits au point de nous interrompre dans le cours d’une tâche, lorsque nous reprenons cette tâche, nous pensons souvent que nous étions plus avancés que nous ne le sommes vraiment. Les erreurs dues à la distraction peuvent être atténuées si on termine son travail, ou si on marque où on s’est arrêté, en faisant un double contrôle soit soi-même, soit avec l’aide de quelqu’un d’autre, et, lors de la reprise de son travail, en recommençant trois étapes en arrière et en utilisant une feuille de contrôle détaillée.

Manque de travail en équipe
Le travail en équipe ne se fait pas au hasard. Beaucoup d’informations constructives entre les services impliqués doivent être échangées pour produire un travail d’équipe. Quand il y a une grande confiance envers les autres membres de l’équipe et un bon échange d’informations, le travail en équipe se développe.

Le bon membre d’une équipe vise le succès de chacun ; on peut commencer en félicitant les personnes de l’équipe.

Fatigue
C’est la réaction normale du corps à des contraintes physiques ou mentales sur une longue durée. La fatigue aiguë et opérationnelle est causée par un travail acharné pendant de longues heures. La fatigue chronique peut néanmoins nécessiter une surveillance médicale.

Les symptômes de la fatigue se traduisent souvent par une baisse de la vigilance, une mémoire défectueuse, une mauvaise humeur, le faible intérêt pour tout, suite à de longues heures de travail ou à un stress de forte intensité. Les trois moyens les plus importants pour faire face à la fatigue sont un sommeil régulier, une alimentation bien équilibrée et un programme régulier d'exercices physiques.

Manque de moyens
Juste pour citer quelques moyens importants : l’argent, les personnes, le temps, les outils, les données et la connaissance. S’assurer que nous avons les bons outils pour effectuer un travail est tout aussi important que d’avoir les bonnes pièces. Les données techniques, c’est une autre ressource qui peut conduire à des problèmes. Si nous ne pouvons trouver les données dont on a besoin, il faut interroger le supérieur ou le représentant technique. Quand nous avons sous la main les moyens appropriés pour le travail à effectuer, il y a plus de chance que nous effectuions le travail correctement et de façon plus efficace.

Pression
Elle peut affecter notre jugement dans des moments critiques de notre travail. La pression pour terminer le travail fait partie du stress qui nous motive à le faire. Le stress positif est la stimulation supplémentaire qui nous aide à faire de notre mieux. Le stress négatif se produit lorsque les pressions s’empilent les unes sur les autres jusqu’à devenir insupportables.

Quelques moyens pour réduire la pression : prenez du recul, assurez-vous que ce n’est pas vous-même qui vous mettez la pression, faites part de vos préoccupations à quelqu'un en mesure de comprendre la situation, ou demandez une aide supplémentaire.

Manque d’affirmation de soi
L’affirmation de soi peut être définie comme la défense de ses droits et l’expression de ses sentiments de façon honnête, de manière ouverte, appropriée et directe, et qui ne violera pas les droits d'une autre personne. Elle part du principe que tous les individus peuvent poursuivre leurs propres objectifs, protéger leurs propres droits et obtenir des résultats sans violer les droits d'autrui. Elle peut être considérée comme un juste milieu entre l'agressivité et la passivité. Une façon de la pratiquer consiste à refuser d’aller contre vos convictions et de faire ce qui est juste, même quand personne ne vous soutient.

Stress
C'est une bénédiction et une malédiction, une bénédiction en ce qu'il nous motive à faire, et une malédiction en ce qu'il peut nuire à notre santé, tant mentale que physique.

Le stress peut provenir de nombreuses sources différentes, dont certaines peuvent être des problèmes d’ordre familial, professionnel, personnel, ou encore financier.

Reconnaître les signes précoces d'alerte peut nous donner l’occasion d'utiliser des techniques de réduction du stress ou d’adaptation. Certains signes avant-coureurs sont : des perturbations dans les habitudes alimentaires et les habitudes de sommeil, des erreurs de jugement qui se produisent plus fréquemment, le manque de concentration et  la perte de mémoire qui deviennent perceptibles, des changements de personnalité, et des maux d'estomac. Les techniques de réduction du stress donnent des résultats différents selon les personnes. Il faut souvent accompagner le changement plutôt que de lutter contre. Si les facteurs liés au travail sont la cause du stress, parlez-en avec votre superviseur ou quelqu'un de votre entreprise en mesure de faire quelque chose ; rééquilibrez l’ensemble famille, travail, loisirs ; souriez davantage, riez. Le rire est une méthode éprouvée de mécanisme de gestion du stress.

Manque d’attention
Le manque d’attention, ou une attention réduite, peuvent être une indication qu’un ou plusieurs des facteurs humains sont en train d’opérer, comme la fatigue, la distraction ou le manque de communication. Pour maintenir notre niveau d’attention tout au long de nos carrières et dans notre travail au quotidien, nous pouvons nous appuyer sur notre expérience et notre formation.

L'expérience crée un fichier mental de la façon dont on interprète des conditions et des événements, et comment on y répond. Utilisez votre expérience pour être constamment attentif.

Normes
La norme, dans le contexte de ces douze problèmes, signifie que notre groupe a un meilleur moyen de faire le travail qu’en suivant n’importe quelle instruction, procédure ou spécification écrites.

Elle pourrait être considérée comme la « mémoire tribale », qui est un ensemble de règles non écrites appliquées par le groupe, la pression des collègues ou l'habitude. Toujours travailler selon les instructions, ou alors changer les règles. Au moins, si les choses vont mal, nous pourrons dire que nous avons suivi la procédure publiée. « Ce n'est pas de ma faute » est une belle position à tenir.

Les facteurs humains doivent être pris en compte dans la conception et l'exploitation de toute installation de CND. La prise en compte des facteurs humains mènera souvent à un processus de CND efficient et efficace.

Mis à jour ( Samedi, 12 Septembre 2015 00:28 )