Décembre 2015/Janvier/Février 2016 : Le conditionnement en bidons des produits PT et MT

Imprimer
Informations
Écrit par Dubosc
Mardi, 24 Novembre 2015 23:13

Décembre 2015

1 | INTRODUCTION

Les produits de ressuage (PT) et de magnétoscopie (MT) posent peu de problèmes à leurs utilisateurs.

C’est le cas des pénétrants, des solvants, des révélateurs hydrosolubles et des liqueurs magnétiques à support pétrolier livrées prêtes à l’emploi.

En revanche, certains problèmes peuvent se présenter, de temps en temps, avec les autres produits, tels que :

Ces produits sont du type « deux phases » car ils sont composés d’une phase liquide et d’une phase solide.

Ces produits ne donnent des résultats satisfaisants que s’il y a une suspension HOMOGÈNE de la TOTALITÉ de la phase solide dans la phase liquide, de manière à obtenir une dispersion uniforme avant de les utiliser.

Cet article intéresse autant les utilisateurs que les fabricants/fournisseurs.

 

2 | LES RISQUES POTENTIELS

Si des produits PT ou MT du « type 2 phases » n’ont pas été homogénéisés avant emploi, par exemple par une agitation vigoureuse, la fiabilité du contrôle ne peut pas être garantie. Voici les risques potentiels.

 

2.1 | Le révélateur

S’il n’est pas homogène avant d’être pulvérisé, le révélateur pulvérisé aura une quantité insuffisante ou excessive de poudres et additifs.



2.2 | Peinture de contraste pour magnétoscopie

Le même problème que pour les révélateurs peut se présenter ici.


2.3  | Concentré de liqueur magnétique pour dispersion aqueuse

Un concentré non homogène de liqueur magnétique pour dispersion aqueuse renferme insuffisamment ou trop de particules magnétiques.

 

3  | LA PRISE EN MASSE

Malheureusement, une agitation vigoureuse et longue des emballages ne suffit pas toujours pour obtenir un produit du « type deux phases » homogène. Une fois encore, la TOTALITÉ du contenu doit être en suspension. Cependant, lorsque les emballages sont stockés trop longtemps, la phase solide décantée devient un « gâteau » au fond de l’emballage.

Nous avons tous été confrontés à ce problème, et nous avons dû utiliser un bâton en bois ou en plastique pour tenter de nous en sortir !

Nous avons même vu des gens utiliser des perceuses à main dotées d’une hélice. C’est extrêmement dangereux en raison du bas point d’éclair des solvants utilisés dans ces produits et de l’accumulation de vapeur explosive, du fait que le moteur de ces perceuses n’est pas antidéflagrant !

Pour éviter cette prise en masse, certains formulateurs ajoutent un additif anti-mottant. Cela peut permettre d’éviter ce problème…pendant un certain temps. Mais bien souvent, une année de stockage sans agitation de l’emballage est suffisante pour la prise en masse. C’est pourquoi certains fournisseurs accordent une durée de stockage de 12 ou 18 mois à leurs produits.

Que peut-on faire ?

 

4  | CHOIX DES MATÉRIAUX D’EMBALLAGE

Certains fabricants utilisent des bidons en fer blanc. Est-ce la bonne idée ?

Certainement pas pour les raisons suivantes.

Au cours des années, nous avons constaté que la formation de « gâteau » au fond des emballages se produisait plus fréquemment dans des emballages métalliques que dans ceux en plastique.

Nous pensons que cela provient des forces d’attraction de Van der Walls entre les molécules qui favorisent l’adhésion des particules les unes aux autres, comme nous l’avons déjà signalé sur notre site Internet à propos des révélateurs secs(*).

Cette prise en masse n’est presque jamais constatée dans les liqueurs magnétiques à support pétrolier (hydrocarbures aliphatiques), ce qui prouve que la phase liquide joue un rôle dans la formation de gâteaux.

En effet, la phase liquide des révélateurs à base de solvant (humide non aqueux) est habituellement à base de 2-propanol et parfois d’acétone. La phase liquide des peintures de contraste est souvent à base d’acétone, et la phase liquide des concentrés de liqueur magnétique pour dispersion aqueuse…est de l’eau.

Le 2-propanol, l’acétone et l’eau sont tous des solvants polaires alors que les hydrocarbures aliphatiques ne le sont pas.

Le fer blanc, comme tout alliage métallique, conduit l’électricité ; l’emballage de choix pour ces produits est donc le plastique qui ne conduit pas l’électricité.

Les plastiques transparents permettent à l’utilisateur d’être certain que la TOTALITÉ de la phase solide a bien été remise en suspension.

Réalisées en plastique souple, les doses de ¼ litre à 2 litres de concentré de liqueur magnétique pour dispersion aqueuse permettent de briser le gâteau juste en pressant dessus.

Lorsqu’il n’est pas facile de faire une suspension homogène, un emballage doté d’une ouverture large peut faciliter la remise en suspension des particules solides décantées.

Dernier point : utilisez des bidons en polyéthylène ou en propylène et NON en polychlorure de vinyle ou tout autre plastique halogéné (chloré ou fluoro-chloré) pour éviter toute pollution par les halogènes lors d’un stockage de longue durée. Les fournisseurs respectent généralement cette règle, pour au moins une bonne raison : les emballages chlorés ou fluoro-chlorés...sont plus coûteux !

Préférez plutôt des emballages plastiques épais. C’est le choix du fournisseur, les utilisateurs n’ont pas leur mot à dire. Une paroi épaisse réduit la ‘‘transpiration’’ des solvants, c’est-à-dire le solvant s’échappant de l’emballage à travers le plastique. C’est d’une importance cruciale pour les produits à base d’acétone, mais aussi pour les produits de magnétoscopie à support d’hydrocarbure. Un autre exemple où la "chasse aux coûts" peut avoir des inconvénients techniques très importants.

Pour éviter une telle « transpiration » des produits chimiques, il existe des emballages plastiques comportant trois couches de plastique, celle du milieu, en polymère fluoré, étant très mince. Un produit chimique fluoré au contact de produits à faibles teneurs en halogènes peut être un problème. Cependant, ces emballages étant beaucoup plus chers que les « simples » emballages en polyéthylène ou en polypropylène…le problème tout simplement n’existe pas !!!

 

5 | CONCLUSION

Alors que les emballages métalliques conviennent à la majorité des produits de ressuage et de magnétoscopie, pour les révélateurs à base de solvant (humide non aqueux), les peintures de contraste et les concentrés de liqueur magnétique pour dispersion aqueuse, nous recommandons les emballages en polyéthylène ou polypropylène transparent dotés d’une ouverture de grand diamètre.

Ne pas stocker trop longtemps ces produits.

 

Référence

(*)Courrier des lecteurs : DPC NEWS N° 4 « La meilleure façon d’appliquer les révélateurs secs ».

Mis à jour ( Mercredi, 25 Novembre 2015 08:19 )