French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Janvier - Février 2014 : Encore et encore : Ressuage et Magnétoscopie : Des méthodes de CND périmées ?

Imprimer
Envoyer
Écrit par Dubosc
Lundi, 13 Janvier 2014 15:36

Bien que nous ayons déjà écrit, et que dans le futur, nous écrirons sur ce sujet, nous pensons qu'il est nécessaire de se concentrer à nouveau sur ce battage médiatique (ça ne peut pas être moins qu’un battage médiatique !) :


« LES DERNIERS SOUBRESAUTS AVANT LA MORT DU RESSUAGE ET DE LA MAGNÉTOSCOPIE »

Un article récemment publié, dans une revue technique française, peut faire croire aux utilisateurs des CND que l’avenir sera brillant sans le ressuage et la magnétoscopie qualifiés par certains de « méthodes historiques ».

Le règlement européen REACH, la directive européenne 2013/35/UE(1) (2), la société « haute-technologie » que nous avons construite, en utilisant des dizaines de traducteurs, de sondes, de capteurs, de cartes mères, d’ordinateurs, de téléphones intelligents qui peuvent également (en tant que fonction accessoire seulement...) être utilisés pour...téléphoner, une sorte de « peur » de nombreuses personnes contre tout ce qui comporte ce mot terrible – chimique –...devraient se traduire par une diminution spectaculaire de l'utilisation de ces deux méthodes de CND simples (c’est du moins ce qu’il semble !) et anciennes (ça, c'est vrai !) !

Nous devons rappeler, encore une fois, à nos lecteurs, que dans les années 70, une personne bien connue dans le monde – américain – du CND avait écrit que les fabricants de ces produits/équipements auraient complètement disparu d'ici l'an 2000. Ces méthodes seraient remplacées par des moyens électroniques, des machines automatiques, etc., qui n'auraient besoin d’aucune substance chimique.
Il s’avère que l'année 2000 a été extraordinaire pour tous les fabricants de ces produits/équipements. En fait, année après année, au cours de la décennie 2000, leurs revenus ont augmenté de 12 à 15 % chaque année, et de « seulement »...7 % les « mauvaises années ». Ces chiffres sont presque la réplique de…la croissance économique chinoise au cours de ces mêmes années. Pas si mal que ça !

Certes, les résultats du passé ne préjugent pas des résultats futurs. Nous sommes d'accord !

Les fabricants de produits de ressuage et de magnétoscopie ont su anticiper les changements de la réglementation. Dans d'autres articles publiés sur notre site Internet, nous avons parlé des pénétrants et des liqueurs magnétiques à base aqueuse...qui ne peuvent pas toujours ou pas totalement remplacer les produits à base d’hydrocarbures.

La magnétoscopie peut utiliser des électroaimants portatifs, plutôt bon marché, et nécessite certains produits chimiques, également. D'autre part, des équipements très puissants existent, qui peuvent traiter des pièces très longues, lourdes et complexes, en utilisant, par exemple, des techniques multidirectionnelles pour aimanter les pièces en un temps assez court, tout en permettant la détection de toutes les discontinuités superficielles débouchantes et de nombreuses discontinuités sous-jacentes, sur matériaux ferromagnétiques.

La plupart des autres méthodes de CND, dites susceptibles de remplacer bientôt ces deux méthodes valables, nécessitent :

  • Des équipements électroniques. C’est vrai, on trouve, de nos jours, des équipements, gérés par ordinateur, par automates programmables, dans de nombreuses chaînes automatiques de ressuage et de nombreux bancs de contrôle par magnétoscopie, qui sont des équipements électroniques. Cependant, de nombreux contrôles en ressuage sur site ne nécessitent que quelques générateurs d’aérosols, des chiffons, une bonne formation...et un cerveau, afin de surmonter toute situation imprévue.
  • Des batteries et des chargeurs. C’est vrai, il y a les lampes UV-A et les électroaimants portatifs. Les accessoires suivants : luxmètres, radiomètres, mesureurs de champ magnétique, nécessitent également des batteries et des chargeurs. Cependant, de nombreux contrôles sur site sont effectués, dans le monde entier, sans de tels accessoires. Ce n'est pas conforme aux normes et aux nombreuses procédures ? Dans certains pays, mieux vaut faire quelques contrôles, en utilisant n’importe quel témoin d’aimantation et une chaîne de trombones (cette dernière pour vérifier grossièrement l’aimantation rémanente), que pas de contrôle du tout !
  • Un étalonnage du processus en fonction du matériau et de la forme de la pièce à contrôler.


Concernant l’environnement, certains adversaires du ressuage et de la magnétoscopie considèrent ces méthodes de CND comme polluantes car elles nécessitent l’utilisation de produits chimiques.
Si nous les comprenons bien, ils finiraient par faire croire à toute la communauté des CND « qu’il n’y a que la chimie théorique qui ne pollue pas ».
Ils oublient tout simplement qu’il existe des méthodes efficaces de traitement des effluents.
Il serait beaucoup plus juste de dire que :

  • le ressuage et magnétoscopie peuvent seulement nécessiter un traitement des effluents et/ou la gestion des déchets.
  • les opérateurs doivent respecter les consignes de sécurité stipulées dans les fiches de données de sécurité des produits qu’ils utilisent, tout spécialement en cas d’intervention en zone confinée ou en atmosphère mal ventilée et a fortiori dans le cas d’utilisation de générateurs d’aérosols. Ces consignes s’appliquent également aux personnes travaillant à proximité.


Nous avons vu récemment, et écrit à ce sujet, que certains « fabricants » qualifient leurs produits, en français, de « bio ». En anglais, « bio » est traduit par « organic », que ce soit pour l'alimentation ou la cosmétique, par exemple.

En outre, beaucoup de gens font la confusion entre « bio » et « naturel ».

Nombreux sont ceux qui pensent que « naturel », c’est toujours mieux que « pétrochimique », « synthétique », etc.

Pouvons-nous leur rappeler que :

-    La toxine botulique est l'un des poisons les plus puissants, il est NATUREL,

-    La Belladone renferme de l’atropine, qui peut être mortelle (NE PAS manger ses baies),

-    La cuboméduse d'Australie (Chironex fleckeri) peut tuer un adulte en trois minutes. Aucun antidote à ce poison mortel NATUREL.

Évidemment, ces substances chimiques NATURELLES sont classées comme toxiques ou très toxiques. Bon nombre des produits chimiques utilisés en ressuage et magnétoscopie ne sont pas réglementés, ou sont classés comme irritants, parfois nocifs. AUCUN n’est classé comme toxique !!!

Tous deux avons été si longtemps impliqués dans ces deux méthodes de CND que nous sommes, peut-être, dans une meilleure position que de nombreux utilisateurs, des Niveaux 3, ou même certains « fabricants », pour voir le brillant avenir de ces deux méthodes de CND.

Malgré tout, ce sont les contraintes en matière d’hygiène, de sécurité et d’environnement (HSE) qui ont conduit à la recherche de techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie.
Sur des pièces ne présentant pas une géométrie complexe, telles que moyeux de roue, la thermographie infrarouge active a permis de mettre en évidence quelques défauts qui n’avaient pas été mis en évidence par magnétoscopie.

En revanche si la technique TOFD (acronyme de « Time of Flight Diffraction », c’est-à-dire « mesure de temps de vol de l'onde diffractée »), associée ou non à la technique d’examen en multiéléments, est considérée comme une technique alternative à la radiographie industrielle (RT), elle ne peut pas rivaliser en termes de fiabilité et de probabilité de détection avec :

  • Le ressuage et la magnétoscopie pour la détection des discontinuités ouvertes et débouchantes à la surface,
  • ou La magnétoscopie pour la détection des discontinuités superficielles débouchantes et des discontinuités sous-jacentes, dans certaines conditions jusqu’à quelques millimètres de profondeur.


Bien entendu, souvent, ces techniques alternatives ne sont pas réellement adaptées au contrôle de pièces à géométrie complexe, ni au contrôle en série de pièces de dimensions et/ou de formes différentes. Là, le ressuage et la magnétoscopie conservent un avantage indéniable qui les rend indispensables et irremplaçables.


Références

(1)Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Exposition des opérateurs de magnétoscopie aux champs magnétiques basse fréquence (suite), Éditorial août 2013.

(2)Directive 2013/35/UE du Parlement européen et du Conseil du 26 juin 2013 concernant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l'exposition des travailleurs aux risques dus aux agents physiques (champs électromagnétiques) (vingtième directive particulière au sens de l'article 16, paragraphe 1, de la directive 89/391/CEE) et abrogeant la directive 2004/40/CE. Journal officiel de l’Union européenne L 179/1 du 29.6.2013.

Mis à jour ( Lundi, 27 Janvier 2014 20:17 )