French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Stockage des générateurs d’aérosols

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 01 Août 2009 10:50

Août 2009

Les générateurs d’aérosols sont des articles très couramment utilisés soit à la maison soit en usine, sur chaînes de production, en maintenance, en contrôle non destructif, pour l’application par pulvérisation d’inhibiteurs de corrosion, etc.

Un autre document traite des agents propulseurs qui peuvent être soit des gaz comprimés (Azote, Dioxyde de carbone, parfois Protoxyde d’azote), soit des gaz liquéfiés (hydrocarbures légers comme le butane et le propane, le diméthyléther).

Les gaz comprimés ne sont pas inflammables, mais "le produit actif" (le produit propulsé hors du générateur d’aérosols pour être utilisé) peut être Inflammable, ou Facilement inflammable. Le gaz non inflammable n'a alors presqu’aucune influence sur l'inflammabilité du produit expulsé du générateur d’aérosols car les gaz comprimés sont généralement insolubles dans les produits actifs.

Les gaz liquéfiés sont classés "Extrêmement inflammables" et généralement les générateurs d’aérosols utilisant ces gaz sont également classés extrêmement inflammables.

Par conséquent, de nombreux générateurs d’aérosols peuvent être plus ou moins inflammables... et les problèmes de stockage résultent d'une compréhension insuffisante de la cause du danger par les utilisateurs !

Le danger de loin le plus important, dû aux générateurs d’aérosols, est l'accroissement de la pression lorsqu’ils sont soumis à la chaleur... lors d’un incendie par exemple. Comme le générateur d’aérosols ne peut résister qu’à une certaine pression, du fait que la pression du gaz comprimé ou liquéfié augmente rapidement avec la température, il y a une température limite à laquelle le générateur d’aérosols peut résister. La règlementation européenne exige que la valeur de 50°C soie mentionnée sur l’étiquette. En fait les générateurs d’aérosols vendus sur le marché européen peuvent atteindre 70°C sans risque de rupture.

La rupture d’un générateur d’aérosols libère de grandes quantités de produits inflammables qui, si elles se dégagent lors d’un incendie ou à proximité d'une flamme, brûleront très facilement et aggraveront la situation.

Assez souvent, les utilisateurs industriels stockent plusieurs centaines de générateurs d’aérosols, pour différentes utilisations. Ils sont inquiets à cause des étiquettes "Inflammable" ou "Extrêmement Inflammable".

La pire chose à faire est de stocker d’énormes quantités de produits inflammables dans un local fermé, confiné.

Il est "toléré" qu’un générateur d’aérosols puisse libérer annuellement jusqu'à 11 grammes. Ce qui n’est pas énorme si l’on ne considère qu’un générateur d’aérosols. Mais quand nous avons vu 700 générateurs d’aérosols stockés dans une armoire massive, hermétiquement close (très semblable à... un coffre-fort!) dans un bureau... nous avons été stupéfaits !

Ce "coffre-fort" était fermé la majeure partie de la semaine, ouvert seulement pour le remplir de nouveau ou sortir les générateurs d’aérosols nécessaires.

Nous avons expliqué aux personnes dans le bureau que c'était particulièrement dangereux ! Tous les générateurs d’aérosols étaient propulsés au butane/propane, tous les produits actifs étaient inflammables ou facilement inflammables.

Les vapeurs inflammables peuvent s’accumuler, jusqu'à la limite inférieure d'inflammabilité (LIE)... et toute flamme ou tout point incandescent (cendres de cigarette : fumer était alors permis dans des bureaux) ou une étincelle aurait pu avoir des conséquences catastrophiques !

Nous avons expliqué que pour tout stockage de produits chimiques, à de très rares exceptions, la meilleure façon est d'avoir une zone aérée pour tenir compte du dégagement de vapeurs. Ce système peut être sans ventilateur. Ce qui est nécessaire est :

• Une entrée pour l’air frais, de préférence près du toit du local.

• Une sortie de même taille sur le côté opposé, au point bas du local, de préférence connectée à l'extérieur.

• De garder présent à l'esprit que, à très très peu d'exceptions près, les vapeurs des produits chimiques sont TOUJOURS plus denses que l'air : mieux vaut avoir des évacuations AU POINT BAS des installations. En faisant ainsi, les évacuations s’effectueront plus facilement et si du personnel se trouve dans la zone, les vapeurs ne montent pas à leur nez et leurs poumons comme ce serait le cas si les évacuations se situaient au-dessus des travailleurs !

Revenons aux 700 générateurs d’aérosols. Supposez un local de 4 x 2 x 0,5 mètres. Le volume intérieur serait : 4 mètres cubes... mais 700 générateurs d’aérosols occupent un volume de presque 3 mètres cubes. D’où un volume d’air d'environ 1 mètre cube. Sachant que la limite inférieure d'inflammabilité (LIE) des produits chimiques présents est de l’ordre de 1,2 %, cela signifie que 12 litres de gaz seraient suffisants. Prenons un coefficient d'expansion de 250 quand un gaz liquéfié s'évapore (c'est une valeur moyenne). Cela représente une fuite de 48 ml des générateurs d’aérosols. Avec une masse volumique de 600 kg/m3 (le butane liquide), cela représente moins de 30 grammes de butane. De plus, en raison de sa densité, le butane à l’état gazeux est susceptible de rester au point bas du local... où les cendres pouvaient tomber ... !!!

Vous pouvez imaginer que, bien que l'armoire étanche ait coûté cher, le personnel de la société trouva rapidement le financement pour une armoire appropriée !

Mis à jour ( Dimanche, 22 Mai 2011 19:19 )