French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Un révélateur sec sale

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Jeudi, 01 Janvier 2009 07:26

Ce sous-traitant aéronautique majeur est une fonderie de précision qui fabrique de nombreuses pièces, selon le procédé par coulée à cire perdue, telles que des aubes de turbines à canaux de refroidissement.

Dans les années 80, nous sommes convoqués par le Directeur de la Qualité qui est fâché en raison de "la piètre qualité du révélateur sec que nous recevons depuis quelque temps ; ce révélateur est sale et contient des impuretés."
Nous allons avec les contrôleurs dans les cabines d’examen où les aubes sont contrôlées à l’issue de gamme de ressuage à post- émulsion de sensibilité Niveau 4.

Que voyons-nous sous rayonnement ultraviolet (UV-A) ?
La surface des aubes est progressivement ‘‘polluée’’ par un nombre croissant de mouchetures blanc bleuté qui rendent difficile la détection et fatiguent les Contrôleurs.
Qu’est-ce qui à conduit à une telle situation ?

Face à un tel problème rencontré pour a première fois, le fournisseur se gratte la tête, se demandant si le problème provient du produit ou de quelque chose d’autre! Aussi, accordons-nous une pause et réfléchissons.
Nous examinons le révélateur sec dans ses cartons d’origine et celui qui se trouve dans le compartiment de brouillard de révélateur. Absolument aucune trace blanchâtre bleuâtre! Soudain, nous nous sentons mieux … Mais nous devons ‘‘contrer’’ notre client qui n’en démord pas : "C'est le problème du fournisseur" !

Eh bien, comme c’est toujours la meilleure chose à faire, nous posons quelques -bonnes- questions, nous laissons parler les gens et nous les écoutons.
Et soudain, la réponse au problème surgit. Il y a quelque temps un donneur d’ordre américain qui a une expertise renommée en ressuage, a exigé que les contrôleurs portent des gants quand ils manipulent les aubes.

Les contrôleurs portent des gants… c’est vrai ! Mais sont-ce les bons ? Bien sûr que non !

En fait, ils utilisaient des gants en coton, beaucoup plus confortables que ceux en latex ou en nitrile, tout spécialement quand ils doivent les porter pendant des heures : la sudation naturelle de l’épiderme pose moins de problème.

Mais les gants en coton peuvent pelucher, les arêtes vives des aubes dégradent les gants, et le rayonnement UV-A montra qu’il y avait beaucoup de ces très petites particules blanc bleuâtre qui flottaient dans l’air à l’intérieur des cabines et qui finalement atterrissaient sur n’importe quelle surface, y compris celles des aubes !

Les gants en coton furent interdits et les gants en latex ou nitrile furent alors obligatoires.

Problème résolu, tout le monde est content !


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 07:36 )