French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Une cuite le 14 juillet !

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 01 Août 2009 10:28

Le 14 juillet, dans les années 70. En France, un jour férié : notre Jour férié.

En fin d'après-midi chez moi : un appel téléphonique d'une infirmière de service en usine dans laquelle les ouvriers travaillent en deux équipes chaque jour, même les jours fériés.

Ce sous-traitant aéronautique utilise des produits de ressuage (PT) : un pénétrant fluorescent lavable à l’eau et un révélateur humide non aqueux. Dans ces temps anciens, aucun examen n'était nécessaire, aucune certification exigée pour appliquer les produits de ressuage. Aussi, quand le temps des vacances rendait indisponibles les contrôleurs PT habituels, les produits étaient appliqués par quelqu'un qui n’avait reçu comme instruction que d’"appliquer le pénétrant, laver, appliquer le révélateur, attendre un peu de temps et contrôler" après n’avoir effectué qu’un seul essai avec l’assistance du contrôleur.

L’infirmière, quand elle appela, avait un ennui : le contrôleur par intérim, après avoir pulvérisé des produits pendant plusieurs heures, s'était évanoui ; il était pâle, il avait une tachycardie. Quand fut demandé à l’infirmière de quels produits il s’agissait, celle-ci répondit :

"Cet homme utilise deux produits, l’un appelé révélateur et l’autre appelé pénétrant fluorescent. Il est probable que le coupable soit le pénétrant, un produit bizarre."

"Non, Madame, le coupable est l’autre produit, le révélateur humide non aqueux."

"Ah, pourquoi ?"

"Il n’y a rien dans le pénétrant qui pourrait occasionner les symptômes décrits. En contrepartie, il y a un produit chimique dans le révélateur humide non aqueux qui explique tout !"

"Lequel est-ce ?"

"L'alcool isopropylique !! Ce gars n'est pas accoutumé à ce produit, à ce procédé. Aujourd’hui, il a fait chaud ; ce gars a pulvérisé beaucoup plus de révélateur qu’il n’en fallait parce qu'il ne connaît pas grand chose au procédé. Ce gars est ivre, bourré, c'est juste cela !! Ce que je suggère : vous le placez dans un endroit frais, dans l'obscurité, vous desserrez le col de sa chemise ; vous le laissez dormir jusqu'à demain. Vous lui donnerez ensuite deux aspirines... et il redémarrera !"

"Vous êtes sûr ? Ça suffit ?"

"J’en suis parfaitement sûr. Mais, si nécessaire, rappelez-moi demain, si j’ai tort !"

L’infirmière ne rappela jamais. À coup sûr, l’homme regagna son domicile avec un mal de tête carabiné.

La leçon: les conditions de travail ont été énormément améliorées depuis cette époque... mais nous rencontrons toujours des situations où les utilisateurs ne lisent pas les étiquettes, les phrases de risque et de conseils de prudence.


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.