French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Avatars en ingénierie

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Jeudi, 01 Octobre 2009 12:30

Les projets d'ingénierie peuvent réserver parfois bien des surprises !

Même lorsque tout a été pensé, vérifié et revérifié par le fournisseur et finalement approuvé par le client, un détail, auquel personne n'avait pensé, peut avoir de fâcheuses conséquences.

Les deux exemples suivants, bien que datant des années 70, peuvent vous aider, utilisateurs, à éviter des problèmes similaires.

Tous les deux concernent des chaînes de ressuage fluorescent qui mettent en œuvre un pénétrant à post-émulsion de sensibilité Niveau 4 et un poste de dégraissage au trichloréthylène en phase vapeur.

Juste après le poste de dégraissage, un poste d'attente permettait au solvant chloré de s'évaporer et aux pièces de refroidir avant que ces dernières soient immergées dans le pénétrant.

Que pensez-vous de la proximité du solvant chloré et du pénétrant ?

Bien sûr, le pénétrant avait été fourni avec des certificats d'analyse attestant de teneurs extrêmement faibles en halogènes (fluor et chlore) et, pour le cas présent, en soufre également. Quelqu'un aurait-il pu s'imaginer qu'au cours des mois la quantité de chlore dans le pénétrant augmenterait ? Aucune analyse de chlore n'était spécifiée pour le pénétrant en cours d'utilisation ! Personne ne se posait de question, personne n'y prêtait attention.

Premier exemple :

Un constructeur aéronautique passa commande d'une chaîne de ressuage qui devait être livrée déjà assemblée, de sorte que la mise en route ne nécessiterait que les raccordements électriques et aux fluides (air, eaux, eaux usées). La chaîne complète était montée sur un châssis.

Un camion à plateau pour livrer la chaîne, une entreprise de manutention pour décharger la chaîne du camion et la mettre en place dans l'atelier : une tâche facile, en fait !

C'est à ce moment précis qu'il apparut évident que ce ne serait pas si facile : la chaîne était trop longue et la porte d'accès de l'atelier trop étroite d'où impossibilité de manœuvrer !

Alors quoi faire ?

Deux solutions vinrent à l'esprit :
• Agrandir la porte d'entrée de l'atelier : pas question pour le client !
• Découper la chaîne.
C'est ce qui fut fait.

La chaîne toute neuve fut découpée en deux tronçons qui furent ensuite ressoudés dans l'atelier !

D'une part le client avait omis d'attirer l'attention du fournisseur sur les problèmes spécifiques d'accès.
D'autre part le fournisseur omit de poser la question - et même, probablement, de venir voir où la chaîne devait être installée, juste pour jeter un coup d'œil sur de tels détails pratiques !

Dans un tel cas, chacun fait de son mieux pour NE PAS être responsable de l'erreur... et, en règle générale,... le fournisseur doit payer pour toutes les dépenses inattendues !

Pour être honnête, nous devons dire que le client travailla pendant des décennies avec le fournisseur de produits de ressuage ; donc à la fin chacun y trouva son compte !

Deuxième exemple :

Un constructeur aéronautique passa commande de la toute première chaîne automatique du type "à pas de pèlerin'' en France pour le contrôle d'aubes.

Cette société commanda également une chaîne manuelle de dégraissage alcalin pour traiter les pièces en titane avant ressuage.

Le fournisseur des chaînes devait également fournir les paniers. Les paniers furent fabriqués en utilisant des fils en acier inoxydable avec une plus grande maille que ce qui est montré ci-dessous ; les soudures ont été décalaminées et passivées.

 

Après dégraissage et séchage, ces mêmes paniers devaient aller dans la chaîne de ressuage.

Afin d'améliorer le nettoyage, la cuve de nettoyage était équipée d'un système pneumatique de monte et baisse.

Le fabricant de la chaîne de ressuage ne fabriquait pas la cuve de dégraissage ; il l'achetait à l'extérieur. 30 paniers environ furent fabriqués d'après les prospectus de l'équipement de dégraissage dans lesquels certaines dimensions étaient données.

À réception des chaînes et des paniers, le client informa le fournisseur que les paniers... ne pouvaient pas être introduits dans la cuve de dégraissage !
En effet, le couvercle était plus petit que les dimensions internes de la cuve de dégraissage !

Les paniers durent être démontés, raccourcis, soudés de nouveau, redécalaminés et repassivés ! Tous cela aux frais du fournisseur.

C'est pourquoi les techniciens ayant une longue expertise sont assez souvent... meilleurs que les jeunes ingénieurs pour concevoir l'équipement pour des chaînes de production !


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 12:38 )