French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Un fournisseur peu scrupuleux

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 14 Janvier 2012 12:01

Dans de nombreux domaines d’activités, y compris le ressuage, nous pouvons faire confiance à nos fournisseurs… jusqu’à ce que l’un d’entre d’eux, une rareté assurément, nous prouve le contraire.

Dans les années 80, un fournisseur s’était forgé une mauvaise réputation par manque d’éthique.

Dans notre petit monde du ressuage, chacun est au courant de tous les problèmes des autres : le bouche-à-oreille est meilleur que tout téléphone portable ou "réseau social" pour informer les autres que tel ou tel fournisseur n’est pas très fiable. Peut-être que cela devrait inciter certains à y réfléchir à deux fois avant de faire "fausse route".

Voici trois de ses "exploits", parmi tant d’autres !

Premier exploit :

Un appel d’offre pour la fourniture d’une chaîne de ressuage fluorescent avec pulvérisation électrostatique du pénétrant fluorescent et du révélateur sec pour le contrôle de carters d’engrenages de moteurs d’avion.

La concurrence était âpre et deux concurrents furent retenus pour le choix définitif ; comme il n’y avait pas de différence technique, l’offre la plus basse l’emporta.

Dans les tout premiers jours après la mise en route de la chaîne, des traces suspectes de corrosion apparurent dans l’étuve, puis de la fleur de rouille fut détectée à la surface des pièces après contrôle. La supercherie fut rapidement démasquée grâce à… un petit aimant ! L’acier utilisé dans cette chaîne était de l’acier au carbone et non un acier inoxydable.

L’acier au carbone est beaucoup moins cher que l’inox capable de résister à la corrosion. Fin.

Deuxième exploit :

Ce même fabricant avait fourni une installation de traitements des effluents sur charbon actif pour une chaîne de ressuage. Il fournit les 400 kg nécessaires de charbon actif pour les filtres.

Lorsque les charbons actifs arrivèrent à saturation, l’utilisateur demanda au fournisseur de remplir les filtres de charbons actifs neufs tout en le débarrassant des charbons actifs usés. Maintenance parfaite… sauf quand l’utilisateur reçut la facture : 450 kg de charbons actifs neufs.

"Pourquoi avez-vous mis 450 kg de charbon actif alors que 400 kg seulement ont été fournis lors de la mise en route?", osa demander l’utilisateur. Le fournisseur argumenta que 450 kg avaient été utilisés initialement, mais il fut facile à l’utilisateur d’exhiber la première facture pour prouver que 400 kg seulement avaient été utilisés.

Troisième exploit :

Toujours ce même fournisseur.

Une entreprise avait besoin d’un mesureur de champ magnétique.

L’acheteur passa quelques coups de téléphone à plusieurs fournisseurs potentiels. C’était encore l’époque où il suffisait de demander un prix par téléphone pour acheter de tels équipements. La procédure est différente maintenant. De nos jours, les acheteurs exigent des devis chiffrés détaillés, écrits, avec la date et la signature de la personne qui envoie l’offre. Cela réduit les risques d’incompréhensions.

Revenons à notre exemple.

Ce même fournisseur décrocha la commande car, encore une fois, il était le soumissionnaire le plus bas.

À réception de la boîte, le client eut une surprise : le mesureur était bien dans la boîte. Avec le Manuel d’Utilisation. Mais aucune trace de la sonde à effet Hall, de piles ou de batterie rechargeable/chargeur, de la mallette de transport ou du constat de vérification/certificat d’étalonnage.

Appelé pour s’expliquer au téléphone sur cette bizarrerie, le fournisseur expliqua franchement que le prix communiqué était le prix du mesureur seul sans aucun des "accessoires", le client pouvant ensuite cocher dans une liste d’équipements en option :
• Sonde à effet Hall tangentielle ou axiale.
• Mallette de transport.
• Piles ou batterie rechargeable + chargeur.

En fait, ces options n’étaient pas fournies à titre gratuit !

De plus, le constat de vérification ne pouvait pas être établi pour le mesureur seul mais pour l’ensemble mesureur + sonde.

Le client s’était fait piéger par son fournisseur : il dut commander séparément les "options", et, au final, le mesureur une fois prêt à l’emploi lui coûta beaucoup plus que s’il l’avait commandé à n’importe quel autre des fournisseurs.

LA FIN DE L’HISTOIRE ?


Comme on pouvait s’y attendre, ce fournisseur ne sévit plus dans le domaine du CND. Mais ailleurs, peut-être ? Et est-ce que de nos jours un autre fournisseur pourrait agir de même ? La réponse est un "OUI" clair et massif !!


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Dimanche, 15 Janvier 2012 07:04 )