French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Maintenance des pénétrants à base aqueuse

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Vendredi, 12 Avril 2013 08:59

Depuis les années 70, cette fonderie utilise avec satisfaction un pénétrant fluorescent lavable à l’eau à base aqueuse, sans révélateur pour la détection de défauts tels que : fissures, porosités, peaux d’oxydes, retassures superficielles, etc.

Comment mentionné dans la notice technique du fabricant/fournisseur, ce pénétrant s’utilise pur ou dilué à 50 % volume/volume de pénétrant dans l’eau. De plus, cette notice technique stipule un contrôle hebdomadaire de la dilution à l’aide d’un réfractomètre à main, un procédé très proche du contrôle de la concentration de l’émulsifiant hydrophile dans l’eau.

En fonction du résultat obtenu, la régénération s’effectue en rajoutant soit du pénétrant pur soit de l’eau jusqu’à obtention de la bonne concentration.

Après plusieurs années de situation satisfaisante, nous sommes convoqués par le Responsable Qualité : il ne peut plus détecter les discontinuités, soit sur les "pièces fantômes", soit sur les éprouvettes de référence.

Après une investigation approfondie et quelques questions posées, il apparut clairement à l’esprit de tout le monde que le coupable était un opérateur récemment affecté sur la chaîne de ressuage.

La concentration du pénétrant varie pour deux raisons principales :
• évaporation de l’eau,
• entraînement par les pièces.

Le réfractomètre aide à savoir s’il faut ajouter du pénétrant ou de l’eau pour compenser les variations de volume dans la cuve et pour ajuster la concentration.

Mais cet opérateur n’ajoutait que de l’eau pour obtenir le volume correct dans la cuve.

Une telle condition empêche toute détection de discontinuités !

Vérifiez toujours que la maintenance de la gamme de ressuage, aussi bien que les paramètres de contrôle, est toujours effectuée conformément à la notice technique du fournisseur. S’il y a une dérive, elle DOIT faire l’objet d’un rapport circonstancié.


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).
Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.
Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - ou non techniques - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Dimanche, 12 Mai 2013 06:43 )