French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Un pénétrant trop visqueux

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Vendredi, 12 Juillet 2013 12:44

Dans un de nos articles(*), nous avons parlé d’un fabricant de produits de ressuage qui, au début des années 2000, avait conçu une nouvelle génération de pénétrants fluorescents, à base aqueuse, de sensibilité Niveaux ½ à 4. Un projet très ambitieux.

Le concepteur de ces pénétrants espérait faire un prodigieux bond en avant ; mais il n'avait pas le contact avec les utilisateurs.
Il avait ses propres idées et il n’en faisait qu’à sa tête : qu’importent les préoccupations des utilisateurs !
Pensait-il que les utilisateurs n’avaient qu’à entériner tout simplement ses choix ?

L’expérience montre qu’il peut être contre-productif de laisser les chimistes, ou les concepteurs d’appareils électroniques, par exemple, faire n’importe quoi, n’importe comment, même si, parfois, cela peut donner naissance à de géniales inventions.

Les pénétrants à base aqueuse sont certainement une bonne idée. Mais essayez de les proposer à des sociétés qui utilisent du matériel de pulvérisation électrostatique conçu pour les pénétrants à support pétrolier : cela ne marche pas car le support aqueux est conducteur électrique.
Croyez-vous qu’une entreprise soit disposée à changer d’équipement de pulvérisation pour cela ? Certainement pas !

Ces pénétrants à base aqueuse avaient un autre inconvénient : leur viscosité cinématique, assez élevée, était comprise entre 20 et 26 mm²/s à 40 °C !
Pourtant, la viscosité cinématique n’est pas un paramètre qui affecte la sensibilité des pénétrants.

Mais le problème venait du fait que certains opérateurs appliquent le pénétrant avec des pulvérisateurs manuels à basse pression, à faible coût, tels que : pulvérisateurs de jardin, pulvérisateurs à piston autonome.

Ces pulvérisateurs marchent bien pour des pénétrants dont la viscosité cinématique est généralement inférieure à 10 mm²/s à 40 °C, mais mal avec ceux dont la viscosité cinématique excède 20 mm²/s à 40 °C.

Pensez-vous que les opérateurs ont changé de pulvérisateur pour appliquer ces pénétrants plutôt visqueux ? Non, bien sûr, et, du coup, ils ont continué à utiliser les pénétrants avec lesquels ils avaient l’habitude de travailler.

Conclusion :

Il est toujours préférable de demander aux utilisateurs ce qu’ils souhaitent. L’utilisateur "lambda" peut, lui aussi, avoir des idées, souvent très pratiques pour "se faciliter la vie". Il faut savoir en tenir compte. Travailler seulement dans son laboratoire, ou assis à son bureau face à son ordinateur en se posant la question : "Qu’est-ce qui me ferait plaisir À MOI ?", sans se soucier des utilisateurs, est rarement la bonne solution.


Référence


(*) Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Pénétrants exempts d’hydrocarbures, Mai 2009 : sur notre site Internet.


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).
Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.
Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - ou non techniques - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Vendredi, 12 Juillet 2013 15:46 )