French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Un penetrant qui se retracte sur les pièces

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Lundi, 01 Décembre 2008 14:09

C’était en 1975 ou 1976 - - une histoire d'ancien combattant, encore !

Un appel téléphonique d’un fabricant de roues d'avion nous demandant de lui rendre visite dans les plus brefs délais : depuis environ 3 semaines, le pénétrant fluorescent qu’ils avaient l’habitude de pulvériser sur des roues toutes neuves pour le contrôle final, au lieu de s’étaler, se rétracte et ne recouvre pas la surface.

Le jour suivant, dans la cabine d'examen, nous demandons une démonstration. Les inspecteurs avaient raison : le pénétrant se rétracte presque instantanément.

-"Vous avez modifié la formule de votre pénétrant" - un air très bien connu !

-"Non, nous n'avons pas modifié la formule. Le pénétrant ne s'étale pas parce qu'il y a quelque chose qui reste sur la roue après l’opération précédente. Cela empêche le pénétrant de mouiller la surface. Quelle est la précédente opération ?"

-"Le dégraissage au trichloroéthylène en phase vapeur. Rien ne peut rester sur les roues avec ce dégraissant !"

-"Quelle est l’opération précédente ?"

-"L’application d’un revêtement d’un produit de protection anticorrosion de... (Je ne me souviens plus du nom)". C’est un nouveau produit de protection anticorrosion que nous utilisons depuis quelque temps."

(Notez qu’à cette époque-là, le concept du Juste A Temps (JAT) était presque inconnu en Europe. Les roues en magnésium étaient revêtues d’un film de protection parce qu’elles pouvaient être contrôlées 2 à 4 jours après l'usinage : il y avait un stock-tampon entre chaque opération.)

-"Eh bien, ce produit peut très bien rester sur la pièce, même après le dégraissage au trichloroéthylène en phase vapeur."

-"Monsieur, le trichloroéthylène dissout tout !"

-"S'il vous plaît, laissez-moi jeter un coup d’œil sur la notice technique de ce nouveau produit."

Après quelques minutes, ils mettent la main sur la notice. En bas, en majuscules, je lis INSOLUBLE DANS LE TRICHLOROETHYLENE.

-"Quand avez vous commencé à utiliser ce produit ?"

-"Il y a trois semaines environ."

-"Et quand avez vous commencé à rencontrer ce problème de rétraction ?"

-"Eh bien, il y a trois semaines environ... Pensez-vous qu’il y a un rapport ?"

Nous leur avons montré la note en majuscules. Ils ont immédiatement compris qu'ILS avaient tort et que le fournisseur n'avait rien changé !

Encore une fois, ne pas tenir pour acquises des idées toutes faites telles que "le trichloroéthylène dissout tout" ! Le "solvant universel" n'existe pas -- sinon, dans quoi le stockerait-on ?


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 07:07 )