French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Comparaison de la sensibilité de systèmes de ressuage coloré

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 01 Juin 2010 14:02

Une fin janvier du début des années 80. Un appel téléphonique d’un utilisateur bien au fait du PT, MT, ET (Courants de Foucault) et UT (Ultrasons). Cet homme est responsable du CND chez un fabricant de grosses turbines à gaz et turbines à vapeur et de très puissants alternateurs.

- ‘‘Je voudrais vous faire faire part de ce que j’ai vu aujourd’hui.

Bien que nous n’utilisons pas vos produits de ressuage coloré, nous les connaissons très bien. Aujourd’hui, un fabricant, nouveau sur le marché, est venu nous montrer ses produits. Il a choisi de comparer ses produits aux vôtres.’’

Commentaire : Les produits choisis comme "référence" étaient ceux utilisés à près de 90 % par l'industrie nucléaire française. À cette époque, EDF mettait en route une nouvelle centrale électronucléaire tous les 4 mois. De plus, les centrales en service faisaient l’objet d’une maintenance tous les 6 mois et ces produits de ressuage coloré (dégraissant, pénétrant et révélateur humide non aqueux) constituaient LE système à utiliser.

La démonstration a très bien marché pour les nouveaux produits. Des pièces de référence Nickel-Chrome ont été utilisées et les nouveaux produits ont donné des indications très nettes tandis que le système de référence n’a donné que de piètres résultats : les indications étaient visibles, mais faibles, sous forme de lignes pointillées en certains endroits.

Le vendeur riait :

- ‘‘Vous savez que le système de référence a une énorme part du marché ; mais nous avons un système nettement plus sensible et ma société va très bientôt remplacer ces produits renommés.’’

J'ai été impressionné et j’ai commencé à m’interroger. Le vendeur était très confiant et commençait à remballer les produits, les pièces de référence, etc., quand une idée a surgi :

- ‘‘S’il vous plait, faites-moi voir vos pièce de référence.’’

Le vendeur arrêta soudainement de sourire. Il était réticent mais finalement j’ai pu voir les pièces de référence. La pièce de référence qu'il avait utilisée pour son système était une éprouvette de 50 µm (*) alors que celle utilisée pour le système de référence était une éprouvette de 30 µm.

Bien que cet homme n'ait pas utilisé nos produits à cette époque, il prit le temps de nous téléphoner. Le fait est que nous n'avons pas été les seuls à qui il a téléphoné et le vendeur optimiste a été ‘‘grillé’’, et sa malheureuse société également, dans le monde du CND !

Quand on vous fait une démonstration très réussie, prenez un peu de recul, prenez le temps de réfléchir ne serait-ce que pour vous assurer qu’on ne vous prend pas pour une poire juste bonne à payer un équipement minable.

(*) Les pièces de référence Nickel-Chrome existent en quatre dimensions de criques : l’’éprouvette dite de 50 µm a des criques de 50 µm de profondeur. La largeur des criques est au maximum égale à 1/20 de la profondeur, c’est à dire 2,5 µm maximum pour cette éprouvette.
• L’éprouvette de 30 µm : a des criques de 30 µm de profondeur et de 1,5 µm maximum de largeur.
• L’éprouvette de 20 µm : 20 et 1 µm maximum respectivement.
• L’éprouvette de 10 µm : 10 et 0,5 µm maximum respectivement.


Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : À chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas).

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : ‘‘Avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème.’’


Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.
• Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques - - ou non techniques - - ou de problèmes particuliers.
• Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
• Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Mis à jour ( Jeudi, 19 Mai 2011 20:37 )