French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Anecdotes ressuage

Des particules insolubles dans un pénétrant coloré

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 23 Juillet 2011 10:02

Fin des années 60.

Les tests effectués sur les produits de ressuage étaient beaucoup moins rigoureux qu’aujourd’hui. Les tests de performance (quelque peu différents des essais actuels de sensibilité) étaient réalisés soit sur des pièces comportant des fissures réelles, soit sur des éprouvettes comportant des défauts artificiels.

Mis à jour ( Samedi, 23 Juillet 2011 19:52 )

Pénétrant coloré sans révélateur

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 02 Juillet 2011 11:28

C'est un cas très spécifique.

En 1978 (oui, 1978 !), un sous-traitant d’un fabricant automobile français nous téléphona, faisant état qu’il avait un lot de 10 000 maîtres-cylindres de frein de qualité douteuse. Certains d’entre eux pouvaient être cassés. C'est un problème qui n’arrive qu’une fois ; le sous-traitant sait d'où provient le problème. Il a été identifié, mais 10 000 pièces doivent être contrôlées ! Aucun investissement, aucun équipement complexe accepté : une fois encore, c'est un problème qui ne se rencontre qu’"une fois dans une vie".

Mis à jour ( Samedi, 02 Juillet 2011 11:38 )

Un révélateur qui changea les habitudes

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mardi, 07 Juin 2011 15:50

Jadis, le support organique du révélateur humide non aqueux pouvait être à base de 111-trichloroéthane (T-111).
À cette même époque, les CFC (chlorofluorocarbures) étaient les agents propulseurs des générateurs d’aérosols, essentiellement constitués de CFC 11 (trichlorofluorométhane) et CFC 12 (dichlorodifluorométhane).

- Un séchage rapide était la principale caractéristique, parmi d’autres, de ce révélateur.
- Les indications étaient très nettes et le révélateur pouvait également être utilisé à des températures relativement basses.
- De plus, juste après avoir été appliqué, la fine couche de révélateur apparaissait blanc mat.
- L’opérateur pouvait alors vérifier que son application permettait d’obtenir une couche mince et homogène.

Mis à jour ( Mardi, 07 Juin 2011 20:38 )

Et pourtant ils l’ont fait ! (2)

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Samedi, 01 Janvier 2011 13:53

Bien avant l’entrée en vigueur des normes ISO 3452-2:2006 et ISO 3452-3:1998, les pièces de référence type 1 étaient utilisées en France depuis la fin des années 70.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 06:24 )
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 5 sur 10