French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Mars / Avril / Mai 2016 : Une pratique commerciale peu éthique

Imprimer
Envoyer
Écrit par Laurence
Lundi, 04 Avril 2016 22:50

Encore une « histoire d’ancien combattant », qui remonte à 25 ans…Néanmoins, nous sommes persuadés que certains de nos lecteurs la connaissent. Quant à nos jeunes lecteurs, il peut être utile de les informer d’une certaine pratique commerciale trompeuse de cette époque.

Ce fournisseur renommé de produits et d'équipements de ressuage, qui n’est plus en activité dans le domaine des essais non destructifs (END), commercialisait des générateurs d’aérosols d'une manière assez particulière.

À cette époque, les chlorofluorocarbures (CFC) étaient encore autorisés comme agent propulseur des générateurs d’aérosols. Cet agent propulseur était généralement constitué d’un mélange de trichlorofluorométhane (CFC 11) et de dichlorodifluorométhane (CFC 12). Cependant, les temps changeaient car l'énergie nucléaire française et les industries de l'aérospatiale commençaient à interdire l'utilisation de composants chlorés (y compris pour les agents propulseurs).

Alors que de nombreux fabricants de produits de ressuage et de magnétoscopie utilisaient les CFC comme agent propulseur des générateurs d’aérosols, nous fournissions tous les deux sur le marché français des générateurs d’aérosols propulsés avec un mélange de butane et de propane : la masse volumique est faible par rapport à celle du mélange de CFC. La masse volumique du CFC11 liquéfié est d’environ 1490 kg/m3et celle du CFC 12 liquéfié est d’environ 1486 kg/m3.

Avec un volume revendiqué de 300 mL (en conformité avec la réglementation alors en vigueur), nos générateurs de pénétrants et de révélateur pesaient environ 350 grammes. Un concurrent était allé chez nos clients en leur offrant les mêmes générateurs d’aérosols de 300 mL qui pesaient plus de 500 grammes. « Regardez, pour le même prix, vous obtenez beaucoup plus de produit que dans les générateurs d’aérosols de...ou... »

Oui ... le client achetait un agent propulseur plus lourd, mais la quantité de produit actif était la même, exactement. De plus, la vérité est que les produits de ce fournisseur étaient loin de la qualité assurée par les deux principaux concurrents.

Un autre fournisseur qui, lui aussi, n’est plus en activité dans le domaine des END, commercialisait ses générateurs d’aérosols de produits de ressuage en créant une confusion subtile dans l’esprit de ses clients, entre volume net et volume total du générateur, dans les tarifs qu’il leur remettait. Par exemple, les boîtiers contenant un agent propulseur liquéfié et contenant 300 mL de produit, devaient avoir une contenance de 405 mL. Il suffisait de faire apparaître « 405 mL », au lieu de « 300 mL » dans le tarif…et le tour était joué !

Ainsi, les utilisateurs doivent toujours être prudents, quand un produit est livré avec trop « d’avantages » par rapport aux équivalents de renom. Posez des questions, demandez aux gens qui sont techniquement plus expérimentés.

Pour plus d'informations, vous pouvez également lire un de nos articles traitant des agents propulseurs pour générateurs d’aérosols(1).

 

Référence

(1)Pierre CHEMIN et Patrick DUBOSC, Les agents propulseurs pour les générateurs d’aérosols des produits PT/MT, mars et avril 2009. Sur notre site Internet :

__

Dans les années 60, une Société britannique avait pour slogan : « à chaque problème de traitement de surface, il y a un produit xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas). »

Les Ingénieurs et les Technico-commerciaux de cette Société l’avaient transformé de la façon suivante : « avec chaque produit de traitement de surface xxxxxx (marque déposée que nous ne divulguerons pas), il y a un problème. »

Cette anecdote est ici seulement pour rappeler à chacun que les problèmes rencontrés en atelier peuvent être dus aussi bien aux fournisseurs/fabricants qu’aux utilisateurs.

Notre idée dans ces documents N’EST PAS de viser quiconque, mais au contraire, de porter à votre connaissance quelques cas intéressants qui peuvent vous éviter de refaire les mêmes erreurs lors de contrôle par ressuage (PT) ou par magnétoscopie (MT).

Toutes les mini-histoires que vous lirez sont VRAIES. Nous pensons qu’elles vous seront utiles.

  • Premièrement, en tant qu’exemples d'exigences techniques- -ou non techniques- - ou de problèmes particuliers.
  • Deuxièmement, pour vous faire voir que les problèmes ne proviennent pas forcément d’où vous pensez qu’ils proviennent.
  • Troisièmement, pour que les utilisateurs n’hésitent à demander de l’aide aux personnes (les experts) qui en savent plus.

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service : aussi bien les auditeurs, qui, parfois, « en voient de belles », que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

Mis à jour ( Mardi, 05 Avril 2016 23:02 )