French (Fr)English (United Kingdom)

DPC NEWS : un site d'information sur le ressuage et la magnétoscopie

DPC

Rechercher

VOS CONTRIBUTIONS

Si vous avez connaissance d'exemples intéressants, n'hésitez pas à nous les adresser. Ils seront décrits sur notre site d’une manière aussi anonyme que ceux qui sont décrits ci-dessus.

L’expérience des uns peut être profitable à tous. De même, toute expérience intéressante lors d'audits peut rendre service: aussi bien les auditeurs, qui, parfois, "en voient de belles", que les audités peuvent nous faire partager leur expérience.

Merci vivement d’avance de votre contribution.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
Visites depuis Avril 2008

Inscrivez-vous

DPCNews


Recevoir du HTML ?

Surprenant mais Véridique

Certificats d’analyse d’halogènes et de soufre

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Mercredi, 01 Avril 2009 08:27

En France, il y a de nombreuses années, le premier utilisateur de produits de ressuage exigeant des produits à faibles teneurs en soufre et en halogènes fut un constructeur majeur d’équipements aéronautiques.
Lors d’une conférence internationale sur l’industrie aéronautique, dans les années 70, l’un d’entre nous interrogea un autre constructeur aéronautique européen :

- "Qu’en est-il de l’analyse des halogènes et du soufre dans les produits de ressuage ?"
Notre interlocuteur nous répondit le plus sérieusement du monde :
- ‘‘En fait, on s’en moque, c'est beaucoup trop cher !"

Pourriez-vous le croire ?

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 08:34 )

65 % de chlore = moins de 200 ppm ?

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Dimanche, 01 Mars 2009 08:00

Quand un produit contenant 65 % de chlore est fourni avec un certificat "moins de  200 ppm’’ (c'est-à-dire moins de 0,02 %)

Dans le document précédent, nous vous avons parlé de l’utilisation du 1,1,1-trichloroéthane (T-111) en remplacement de l'isopropanol dans un révélateur à base de solvant (humide non aqueux). Bien que cette même situation soit maintenant impossible - la production et l’utilisation du T-111 sont interdites depuis des années – l’histoire suivante devrait faire réfléchir les utilisateurs, auditeurs et audités à des cas semblables.

Mis à jour ( Samedi, 05 Mai 2012 10:55 )

Et pourtant, ils l’ont fait ! (1)

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Dimanche, 01 Février 2009 07:41

La pulvérisation électrostatique marqua une nouvelle ère pour l’application des produits de ressuage fluorescent :
• Appliquer un pénétrant toujours neuf sur de grandes surfaces plus rapidement et en consommant moins de produit.
• Appliquer le révélateur sec dans de meilleures conditions d’hygiène, plus proprement qu’au pistolet à poudre, sous forme d’un voile extrêmement mince.

Autant d’avantages spécifiques qui donnèrent à certains fournisseurs quelques idées pour l’utiliser avec d’autres produits.
Pourquoi ne pas étendre ce procédé d’application aux produits de ressuage coloré ?

Mis à jour ( Samedi, 05 Mai 2012 10:53 )

Un révélateur sec sale

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Jeudi, 01 Janvier 2009 07:26

Ce sous-traitant aéronautique majeur est une fonderie de précision qui fabrique de nombreuses pièces, selon le procédé par coulée à cire perdue, telles que des aubes de turbines à canaux de refroidissement.

Dans les années 80, nous sommes convoqués par le Directeur de la Qualité qui est fâché en raison de "la piètre qualité du révélateur sec que nous recevons depuis quelque temps ; ce révélateur est sale et contient des impuretés."
Nous allons avec les contrôleurs dans les cabines d’examen où les aubes sont contrôlées à l’issue de gamme de ressuage à post- émulsion de sensibilité Niveau 4.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 07:36 )

Un penetrant qui se retracte sur les pièces

Imprimer
Envoyer
Écrit par Administrator
Lundi, 01 Décembre 2008 14:09

C’était en 1975 ou 1976 - - une histoire d'ancien combattant, encore !

Un appel téléphonique d’un fabricant de roues d'avion nous demandant de lui rendre visite dans les plus brefs délais : depuis environ 3 semaines, le pénétrant fluorescent qu’ils avaient l’habitude de pulvériser sur des roues toutes neuves pour le contrôle final, au lieu de s’étaler, se rétracte et ne recouvre pas la surface.

Mis à jour ( Vendredi, 20 Mai 2011 07:07 )
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>
Page 8 sur 8